•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
Aujourd'hui l'histoire, ICI Première.
La vie et la pensée de Fernand Dumont, avec Julien Goyette

La vie et la pensée de Fernand Dumont, avec Julien Goyette

Fernand Dumont, un penseur de l’enracinement

Publié le 8 juin 2017
Fernand Dumont, photographié alors qu'il était lauréat du Grand prix de 1969 pour Le lieu de l’homme
Fernand Dumont, photographié alors qu'il était lauréat du Grand prix de 1969 pour Le lieu de l’hommePHOTO : Archives Ville de Montréal CUM006-3-2_06P003

Grande figure intellectuelle du Québec, Fernand Dumont a notamment contribué à l'édification de la Charte de la langue française. Né dans un monde ouvrier, il a accédé aux hautes sphères du savoir, mais est demeuré fidèle à ses racines. Le professeur d'histoire Julien Goyette explique que Dumont a ainsi été, à son époque, l'un des rares intellectuels à critiquer la Révolution tranquille, la jugeant parfois trop prompte à balayer le passé.

Par la vigueur de sa pensée, par son statut d’intellectuel prenant la parole publiquement, par son rôle important dans la mise en place de la Charte de la langue française (alors qu’il était sous-ministre de la Culture) ou par son travail comme professeur à l’Université Laval, Fernand Dumont était l’un des plus vibrants architectes de l’effervescent Québec des années 60. Mais il en était aussi l’un des plus virulents critiques. Plus intéressé à « construire une nouvelle culture » qu’à vilipender l’ancienne, il s’est montré sceptique d’un Québec ne sachant plus reconnaître la richesse de sa culture ouvrière et de son patrimoine catholique.

Des origines modestes, mais déterminantes
Né à Montmorency dans un milieu ouvrier, Fernand Dumont a grandi dans les immeubles résidentiels de la Dominion Textile. Il a été élevé dans une culture populaire qu’il a plus tard eu tendance à idéaliser, quand il a accédé à un univers intellectuel plus bourgeois. Toujours il a vénéré la solidarité et la spontanéité des travailleurs auprès desquels il a grandi. « Il a compris très tôt qu’il devait emprunter un autre trajet que celui de ses parents, explique Julien Goyette. Il lui fallait prendre le chemin des livres et du savoir. Mais il l’a fait pour pouvoir ensuite faire exister par les mots et par la littérature cette culture ouvrière et populaire à laquelle il était si attaché. Il la voyait comme une culture faite de pauvreté et de résignation, mais aussi tissée d’une grande richesse. »

Dumont et le duplessisme
Fernand Dumont n’aimait pas beaucoup qu’on décrive le monde de ses parents comme une « grande noirceur ». Il n’a jamais vraiment adhéré au combat contre le duplessisme et la grande noirceur. Il était convaincu que de toute façon, le régime duplessiste était voué à s’effondrer.

« Le plus important pour lui était de se consacrer à édifier une culture, d’apprendre à se connaître comme Québécois, de décortiquer parfaitement la société québécoise de son époque avant de dessiner les plans du futur. »

—  Julien Goyette

À lire :
Temps et culture : Fernand Dumont et la philosophie de l’histoire, Presses de l’Université Laval, 2017