•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La vie et l'oeuvre de Gabriel Garcia Marquez racontées par Richard Boivin

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Gabriel Garcia Marquez, le maître du réalisme magique

La vie et l'oeuvre de Gabriel Garcia Marquez racontées par Richard Boivin

Gabriel Garcia Marquez, le maître du réalisme magique

L'auteur colombien Gabriel Garcia Marquez sourit à la caméra en 1982.
Gabriel Garcia Marquez (1927-2014)PHOTO : afp via getty images / STEFAN WALLGREN
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 9 décembre 2020

Cent ans de solitude, L'amour aux temps du choléra, Chronique d'une mort annoncée... Dans ses romans, la frontière entre le fantasme et le quotidien tombe pour qu'une intrigante normalité se forme. Pourtant, ils portent sur l'universel. Le Prix Nobel de littérature a vendu 50 millions d'exemplaires de ses livres. Richard Boivin, enseignant en littérature, raconte à Jacques Beauchamp que Gabriel Garcia Marquez a voulu rendre un témoignage poétique sur le monde de son enfance.

Gabriel Garcia Marquez naît en Colombie. Tout jeune, il sait qu’il veut écrire. La maison familiale – grande, triste et étrange; fréquentée par des parents partageant souvent le même prénom – lui servira d’inspiration pour Cent ans de solitude.

Il étudie le droit, mais travaille plutôt comme journaliste. Envoyé en Europe pour un reportage, il y reste après la fermeture du journal qui l’emploie, puis s’établit au Mexique avant de devenir citoyen du monde.

Gabriel Garcia Marquez travaille à son bureau sur cette photo d'archives de 1970.

Gabriel Garcia Marquez à sa résidence de Barcelone en 1970

afp via getty images / -

Cent nuances de réel

Publié en 1967, Cent ans de solitude reste son œuvre la plus saluée. Elle raconte l’histoire d’une famille et d’un village, mais en suivant des lignes temporelles différentes dépendant des personnages.

« C’est un univers complet et total. Certains ont comparé ça à une nouvelle bible, une nouvelle allégorie de l’histoire humaine condensée en 100 ans, sur 6 générations. Mais surtout, en ce qui me concerne […], c’est d’une drôlerie. »

—  Richard Boivin

Chronique d’une mort annoncée, en 1981, fait aussi forte impression. D’emblée, le lecteur sait que le personnage principal mourra. Tous les protagonistes de cet « antipolar » le savent aussi, à l’exception du principal intéressé et de sa mère.

L'auteur Gabriel Garcia Marquez, le président cubain Fidel Castro et le cinéaste Fernando Birri fraternisent lors d'une cérémonie en 1986,

Gabriel Garcia Marquez, Fidel Castro et le cinéaste Fernando Birri en 1986

afp via getty images / ADALBERTO ROQUE

Dans L’amour aux temps du choléra (1985), Marquez emprunte une voie plus romantique et tente d’imaginer ce qui se serait produit si ses parents ne s’étaient jamais mariés.

Au cours de cette émission, Richard Boivin révèle de quel roman Gabriel Garcia Marquez aurait préféré qu’on se souvienne au lieu de Cent ans de solitude, et discute de l’engagement politique de l’auteur.