•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Cartouche, un bandit qui n’avait rien d’un Robin des Bois

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Cartouche, un bandit qui n’avait rien d’un Robin des Bois

Cartouche, un bandit qui n’avait rien d’un Robin des Bois

Cartouche, premier ennemi public numéro un en France, avec Pascal Bastien

Gravure représentant le voleur français Louis Dominique Cartouche.
Louis Dominique Cartouche d'après une gravure de Dupray de La Maherie, 1863 PHOTO : corbis via getty images / Stefano Bianchetti
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 26 novembre 2020

Bien avant qu'il soit arrêté et exécuté, en 1721, on en a fait un héros populaire qui ne s'en prenait qu'aux riches et qui savait courageusement déjouer la police. Or il n'en est rien : Louis Dominique Cartouche était un voleur violent, un tortionnaire sans scrupule qui savait bien contrôler son image. Pascal Bastien, professeur d'histoire, raconte à Jacques Beauchamp que la longue cavale du criminel a tout à voir avec la déroute de la police dans la France du début 18e siècle.

Louis Dominique Cartouche naît à Paris en 1693, prétendument fils d’un ancien mercenaire allemand.

Il est soldat durant la guerre de Succession d’Espagne. Le milieu militaire, à ce moment-là, normalise les comportements illégaux, et la démobilisation massive à la fin de la guerre – qui plonge de nombreux anciens soldats dans la pauvreté – les renforce. Certains s’engagent dans la police, d’autres dans le crime. Cartouche prend la seconde voie.

Ennemi public numéro un

De 1715 à 1718, il est l’un des brigands les plus actifs de Paris. Les attaques nocturnes, entrées par effraction et vols de véhicules auxquels il s’adonne – parfois même contre d’autres voleurs – lui donnent une fieffée réputation. Il jouit d’un vaste réseau de complices et d’un certain ascendant sur les autres criminels. Les aristocrates le craignent.

« Il est gourmand d’aventure. C’est quelqu’un qui est téméraire, intrépide, qui aime […] la nervosité du danger, tout en ayant le sang-froid pour faire fi de toutes les difficultés. »

— Une citation de  Pascal Bastien
Gravure représentant Louis Dominique Cartouche en prison.

Louis Dominique Cartouche en prison

Bibliothèque nationale de France / Anonyme

Pendant huit ans, Louis-Dominique Cartouche réussit à fuir la police. Il a des complices dans ses rangs, et elle, des espions parmi ses acolytes à lui. Arrêté à quelques reprises, il parvient chaque fois à s’échapper.

En 1721, il est arrêté pour de bon. Pendant son incarcération à la prison du Grand Châtelet, les mêmes aristocrates qui le craignaient lui rendent visite. Ils sont étonnés par sa culture, sa politesse et son intelligence. Le voleur déchu inspire même une pièce de théâtre, que les autorités font interdire. Le mythe Cartouche est né. L’homme, lui, est exécuté le 21 novembre 1721.

Au cours de cette émission, Pascal Bastien raconte comment Louis-Dominique Cartouche est passé aux aveux à la toute dernière minute, avant sa mort, et décrit les contrecoups de ses révélations dans le milieu interlope de Paris.