•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La vie et l'oeuvre de Saint-Denys Garneau racontées par Michel Biron

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
De Saint-Denys Garneau, le poète qui a mené le Québec à la modernité littéraire

La vie et l'oeuvre de Saint-Denys Garneau racontées par Michel Biron

De Saint-Denys Garneau, le poète qui a mené le Québec à la modernité littéraire

Portion de la page couverture du livre Hector de Saint-Denys Garneau, de Michel Biron.
Portion de la page couverture du livre Hector de Saint-Denys Garneau, de Michel BironPHOTO : Boréal
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 6 novembre 2020

En rompant avec la forme poétique traditionnelle, avec le mythe romantique autant qu'avec la tradition nationale, puis en portant son regard sur sa propre quête intérieure, le poète au nom incongru a profondément marqué la littérature québécoise, et ce, même s'il n'a publié de son vivant qu'un seul recueil de poèmes. Michel Biron, professeur de littérature, raconte à Jacques Beauchamp que De Saint-Denys Garneau choisissait de regarder le trou dans l'existence humaine au lieu d'essayer de le remplir.

Hector de Saint-Denys Garneau naît dans une famille aisée et intellectuelle. Il est l’arrière-petit-fils de l’historien François-Xavier Garneau, le petit-fils du poète et traducteur Alfred Garneau, le neveu du critique littéraire Maurice Hébert et le cousin de l’écrivaine Anne Hébert. Son prénom véritable est De Saint-Denys, hérité d’un lointain ancêtre anobli.

Il passe son enfance entre Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier et Westmount et n’entre à l’école qu’à l’âge de 10 ans. Au terme d’un parcours scolaire fréquemment interrompu par la maladie cardiaque, il est contraint d’abandonner définitivement ses études, pour ce même motif, vers 1933-1934.

Désœuvré, il participe néanmoins à la revue littéraire La relève, fondée par ses amis.

En 1937, il publie son seul et unique recueil de poésie, Regards et jeux dans l’espace, qui rassemble 28 textes. L’auteur y rompt avec l’alexandrin, une forme qu’il trouve trop solennelle et contraignante.

« C’est ça qui fait son originalité : il va trouver une langue qui coïncide avec lui-même. Donc, il va faire des vers beaucoup plus dépouillés, plus prosaïques, on a dit, plus rêches peut-être, plus rocailleux, mais plus vrais, aussi. »

— Une citation de  Michel Biron

Précurseur ou imposteur?

À sa sortie, Regards et jeux dans l’espace reçoit quelques réactions polies, mais suscite surtout l’incompréhension. Seules quelques dizaines d’exemplaires sont vendus sur un tirage de 1000. Devant l’échec, le poète se sent imposteur. Il tourne le dos à la poésie de même qu’à Montréal.

Hector de Saint-Denys Garneau meurt à 31 ans en bordure de la rivière Jacques-Cartier des suites d’une crise cardiaque, mais dans des circonstances mystérieuses.

Au cours de cette émission, Michel Biron explique pourquoi il est faux de voir De Saint-Denys Garneau comme une victime, de même que comme le poète de l’aliénation canadienne-française.