•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La vie et l'oeuvre de Sylvia Plath racontées par Frédéric Maget

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Le parcours trouble et formidable de Sylvia Plath, poète tragique

La vie et l'oeuvre de Sylvia Plath racontées par Frédéric Maget

Le parcours trouble et formidable de Sylvia Plath, poète tragique

L'auteure Sylvia Plath, assise devant une bibliothèque.
Sylvia PlathPHOTO : Bettmann archive / Bettmann
Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.
Aujourd'hui l'histoirePublié le 19 août 2020

Son suicide, en 1963, à 30 ans, continue de fasciner le public au point d'occulter injustement les brillantes qualités littéraires de l'une des plus grandes auteures du 20e siècle, selon Frédéric Maget. Certains voient dans son geste une dénonciation de la société patriarcale, d'autres, des parallèles avec son roman d'autofiction La cloche de verre, ou encore une condamnation de son mari adultère, Ted Hughes. Le professeur de lettres explique à Jacques Beauchamp en quoi l'œuvre de Sylvia Plath ressemble à celle d'Arthur Rimbaud.

Sylvia Plath en bikini sur la page couverture d'un recueil de ses correspondances.

Page couverture d'un recueil de lettres de Sylvia Plath, publié aux éditions First Faber

First Faber

Fille d’un entomologiste réputé, la petite Sylvia est traumatisée quand, alors qu’elle a 8 ans, son père meurt et que sa mère l’empêche d’assister aux funérailles.

Elle vit cette mort prématurée comme une trahison.

Étudiante brillante, elle obtient une bourse pour étudier en Angleterre, pays de ses plus grandes influences. C’est là qu’elle rencontre son mari, Ted Hughes, lui aussi auteur.

Remarqué, mondain et fusionnel durant les premières années, le couple s’éloigne après la naissance de ses deux enfants.

« C’est un véritable choc entre deux mondes et, en même temps, la rencontre entre deux formidables ambitions. Ils sont tous deux très jeunes, très beaux et très doués. […] C’est vraiment un couple de créateurs comme il en existe peu. Ils veulent réussir l’un avec l’autre et l’un par l’autre. »

— Une citation de  Frédéric Maget

De l’idylle à l’enfer

Sylvia se voit confier les tâches domestiques et sert en plus de dactylo à son mari. La tension monte et les amis du couple sont témoins de scènes de violence.

À l’automne 1962, l’infidélité de Ted est révélée et Sylvia le chasse.

Elle entre, d’octobre 1962 à février 1963, dans une transe poétique durant laquelle elle écrit la plus grosse partie de son œuvre.

« Il y a ces deux pôles importants, chez elle, c’est-à-dire effectivement cette angoisse, la mort du père qui la tire vers le bas, d’une certaine façon, et puis cette énergie qu’elle a en elle. […] Sa poésie naît toute entière de cette dualité, de cette confrontation, de cet antagonisme qui crée, justement, ces étincelles métaphoriques qu’on trouve dans ses textes. »

— Une citation de  Frédéric Maget

Notoriété posthume

Dans la nuit du 10 au 11 février 1963, elle se donne la mort dans la cuisine de sa maison. Deux ans plus tard, Ariel, son dernier recueil de poèmes, est publié et le monde prend conscience de son génie littéraire.

Selon Frédéric Maget, Sylvia Plath désirait plus que tout être la poète de l’Amérique. Elle aura finalement réalisé son rêve, mais pas de son vivant.