•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

À échelle humaine, Ici première.

Pour en finir avec Mister Big

Publié le 18 avril 2021
Le dessin d'un bouquet de fleurs sur un fond neutre
Couverture du livre Mister Big ou la glorification des amours toxiques de India Desjardins. Illustration : Nathalie Caron et Eliane Berdat PHOTO : Photo de presse

Inspirée par le nouvel essai d'India Desjardins, Mister Big ou la glorification des amours toxiques, l'équipe d'À échelle humaine a invité trois femmes de la région de Toronto à prendre part à une discussion sur la représentation des relations amoureuses dans les comédies romantiques et sur les répercussions possibles de ces images sur la réalité.

Pour l’écrivaine, comédienne et productrice Marie-Claire Marcotte, il est clair que, comme créatrice, il faut prendre ses responsabilités et raconter des histoires différentes.

« Il faut aussi se pardonner à soi-même pour les choses qu’on a déjà écrites qui ne sont peut-être pas à la hauteur de ce qu’on aimerait représenter en ce moment. »

—  Marie-Claire Marcotte

Elle ajoute que c’est un devoir d’essayer de refléter une meilleure version de notre société et qu'il faut piger dans notre imaginaire afin de créer des histoires que l’on souhaite voir se réaliser dans notre société.

Pour Krystel Descary, comédienne et autrice, le livre d'India Desjardins est de ces livres qui permettent de mettre en lumière certains de nos biais inconscients.

« Moi, je me fais maintenant un devoir de créer dans la bienveillance. »

—  Krystel Descary

Elle souligne qu’elle a beaucoup aimé la notion de pardon, d’équilibre, et les nuances dans cet essai sur la représentation de ces relations toxiques.

Plus rationnelle, Gabrielle Sabourin explique que d’un point de vue journalistique, quand tout va bien, l’histoire se résume assez facilement.

« En psychologie, on parle d’un biais de négativité, donc on a tendance à mettre l’accent ou à retenir l’information négative. »

—  Gabrielle Sabourin

Sans nécessairement mettre en scène de la violence ou de l’abus, ajoute-t-elle, elle doute que l'on puisse soutenir l’intérêt d’un téléspectateur avec une histoire d’amour où tout va bien.

Je ne sais pas, je vais écrire ça et je vais voir, ajoute en riant Marie-Claire Marcotte.

Mister Big ou la glorification des amours toxiques, d'India Desjardins, est publié chez Québec Amérique.