•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Élections municipales 2022  :  mieux comprendre le rôle de conseiller scolaire

À échelle humaine, ICI Première.
Rattrapage du samedi 24 septembre 2022

Élections municipales 2022  :  mieux comprendre le rôle de conseiller scolaire

Mieux comprendre le rôle de conseiller scolaire en milieu francophone minoritaire

Une petite fille descend de l'autobus scolaire.
En Ontario, 72 % des courses pour les élections scolaires sont déjà jouées, faute de candidats.PHOTO : CBC/Francis Ferland
À échelle humaine, ICI Première.
À échelle humainePublié le 24 septembre 2022

Les Ontariens se rendront aux urnes le 24 octobre pour choisir leurs élus municipaux et scolaires. Pour tenter de comprendre les défis de recrutement de relève pour les postes de conseillers scolaires, Gabrielle Sabourin s'entretient avec Denis Chartrand, conseiller scolaire de longue date dans l'Est ontarien et président de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones, et avec le politologue Rémi Léger de l'Université Simon Fraser, qui se spécialise dans les enjeux politiques propres aux minorités francophones au Canada.

Lors de cette table-ronde, les invités nous apprennent entre autres que le rôle de conseiller scolaire est mal compris et mal apprécié chez le public et dans les communautés francophones. Pourtant, les conseils scolaires demeurent l’un des rares espaces où les francophones peuvent faire l’exercice d’un certain pouvoir politique.

« C’est plus facile de mobiliser les francophones à débarquer dans la rue pour qu’on construise une école dans leur quartier ou dans leur région, que ce l’est pour gérer un conseil scolaire. »

— Une citation de  Rémi Léger, politologue, SFU

« Je n’ai jamais compris le manque d’intérêt de notre population pour le travail des conseillers scolaires. On connaît nos conseillers municipaux, on connaît peu ou pas nos conseillers scolaires. Pourtant, on travaille pour les enfants, on travaille pour la survie de la communauté francophone. »

— Une citation de  Denis Chartrand, président, Fédération nationale des conseils scolaires francophones

Comment expliquer le manque d’engouement pour la gouvernance scolaire? Peut-on réconcilier ce manque d’intérêt avec l’importance historique des luttes scolaires pour les francophones? Quelles pistes de solution pourrait-on explorer pour augmenter l’engagement des communautés auprès de leurs conseils scolaires? Cette semaine, À échelle humaine s’attaque à cet enjeu complexe.