•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Table ronde  :  annulation de Contact Ontarois en contexte de pandémie

À échelle humaine, ICI Première
Rattrapage du samedi 15 janvier 2022

Table ronde  :  annulation de Contact Ontarois en contexte de pandémie

L'avenir des arts et des spectacles francophones en Ontario

Trois photos portraits des invités.
Élaine Legault, Jason Ormandy et José Bertand participent à une table ronde sur l'état de l'industrie du spectacle francophone en Ontario. PHOTO : Radio-Canada / Gracieuseté
À échelle humaine, ICI Première
À échelle humainePublié le 15 janvier 2022

Dans la foulée de l'annulation de l'événement de réseautage Contact ontarois, trois panélistes partagent leurs réflexions sur l'état du secteur des arts et du spectacle francophone en Ontario et tentent de se projeter dans l'avenir.

En pleine cinquième vague de COVID-19, Réseau Ontario a annulé Contact ontarois qui devait avoir lieu du 17 au 21 janvier à Ottawa. L'événement est un moment clé pour les centres culturels et les écoles francophones de la province afin de découvrir les artistes franco-ontariens et planifier leur programmation annuelle.

Les invités :

  • José Bertrand, PDG de l’agence d’artistes JKB et président de l’Alliance nationale de l’industrie musicale
  • Élaine Legault, responsable des arts et de la culture pour le Conseil des organismes francophones de la région de Durham et vice-président du conseil d’administration de Réseau Ontario
  • Jason Ormandy, leader en animation culturelle pour le Conseil Scolaire Catholique des Grandes Rivières et membre du conseil d’administration de Réseau Ontario

Élaine Legault, qui œuvre auprès de Conseil des organismes francophones de la région de Durham depuis une vingtaine d’années, estime que les spectacles en milieu scolaire ont mieux fonctionné en mode virtuel que ceux s’adressant au grand public.

C’est surtout le retard pris dans les programmations qui pèse lourd, autant pour les artistes que pour les diffuseurs de spectacle. Élaine Legault explique que le report continuel des spectacles compromet la fidélisation du public francophone.

« Notre pire crainte en ce moment, c’est de perdre nos clients. »

— Une citation de  Élaine Legault, responsable des arts et de la culture pour le Conseil des organismes francophones de la région de Durham

Agent d’artistes depuis une dizaine d’années, José Bertrand explique travailler pour la troisième fois pour reporter les spectacles pour le même salaire. Il cite en exemple la tournée des Chiclettes qui devaient avoir lieu en 2020 et qui est encore reportée en 2022. Un spectacle du trio est d’ailleurs prévu le 5 février prochain au Conseil des organismes francophones de la région de Durham. Selon l’évolution de la situation sanitaire, il pourrait être reporté à nouveau.

Jason Ormandy assure la programmation culturelle pour le Conseil Scolaire Catholique des Grandes Rivières depuis une quinzaine d’années. On en a profité dans le Nord de l’Ontario pour avoir plus d’artistes parce qu’habituellement, on en a un ou deux par année. On est loin, ça coûte cher et on n’a pas des gros budgets, dit-il. Il précise toutefois qu’il est plus difficile de conserver l’attention des élèves lors des spectacles virtuels et que la transmission de la culture passe par l’expérience.

La part du lion des spectacles francophones en Ontario se passe dans le réseau scolaire. Il y a 700 et 750 représentations dans les écoles. Il y a une vingtaine d’artistes qui tournent dans les écoles de l’Ontario par année, estime le directeur général de Réseau Ontario, Martin Arseneau, contacté en préparation de la table ronde.

Les spectacles scolaires représentent 70 % du chiffre d’affaires de certains artistes en Ontario, selon José Bertrand.

Il devait y avoir une grande délégation de l’extérieur du pays cette année à Contact ontarois. Une douzaine d’acheteurs de spectacles de la Belgique et de la France devaient se déplacer à Ottawa pour rencontrer les artistes. Les trois panélistes s’entendent tous sur la nécessité de faire briller les artistes franco-ontariens à l’extérieur des frontières. Que ce soit au Québec ou outre-mer, l’exportation des spectacles sera de plus en plus difficile selon José Bertrand.

« Il faudra réviser nos stratégies de commercialisation [de nos artistes franco-ontariens]. »

— Une citation de  José Bertrand, agent d'artistes franco-ontariens