•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Alanis Obomsawin : parce que chaque histoire compte

Une femme d'origine autochtone, souriant dans un studio de radio.
La réalisatrice et chanteuse abénaquise Alanis Obomsawin.PHOTO : Radio-Canada / Jean-Francois Villeneuve
À échelle humaine, Ici première.
À échelle humainePublié le 11 septembre 2021

La 46e TIFF, le Festival international du film de Toronto, décernera cette année le prix Jeff Skoll à la cinéaste abénakise Alanis Obomsawin pour souligner l'excellence de son cinéma, mais également son influence sociale.

Le TIFF propose d’ailleurs une rétrospective de ses œuvres les plus marquantes, en plus de son tout dernier film, Honour to Senator Murray Sinclair, dans lequel elle a gardé intégralement le discours qu’il a prononcé, lorsqu’il a reçu le Prix pour la paix mondiale du Mouvement fédéraliste mondial-Canada tout en entremêlant des témoignages poignants d’anciens élèves ayant vécu l’époque des pensionnats pour Autochtones.

Lorsqu’on lui demande si elle croit à la réconciliation, Alanis Obomsawin répond oui, sans hésiter, soulignant au passage l’extraordinaire travail du sénateur Murray, qui présidait la Commission de vérité et réconciliation.

« Ce n’est pas de penser : '' Mon Dieu, comment vais-je faire pour changer ça? '' et croire qu'il faut faire de grandes choses. C’est pas vrai, c’est dans la vie de tous les jours, c’est la façon dont vous regardez quelqu’un pour le mettre à l'aise, pour le rendre bon, pour le rendre beau. »

— Une citation de  Alanis Obomsawin

Tout au cours de sa carrière, elle a toujours eu la même motivation : écouter et faire entendre la voix des autres, leur faire comprendre que leurs histoires comptent.

La cinéaste qui a célébré son 89e anniversaire, en août, n’a jamais arrêté de travailler et elle n’a pas l’intention de s’arrêter, même si elle a une cinquantaine de films à son actif.

« Tant que je vais avoir la santé, je travaillerai et ce n’est pas un sacrifice pour moi. J’adore ce que je fais. Je ne veux pas perdre mon temps, il y a trop de choses à faire. »

— Une citation de  Alanis Obomsawin

Le Festival international du film de Toronto se déroule en salle et en ligne, jusqu’au 18 septembre 2021. Le nouveau film de la cinéaste sera quant à lui présenté en première mondiale le 14 septembre.