•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

À échelle humaine, Ici première.

Michèle Vinet et le syndrome de la page blanche

Publié le 25 février 2021
Portrait de Michèle Vinet
Michèle VinetPHOTO : Rachelle Bergeron

Le malaimant, le plus récent roman de Michèle Vinet, raconte, entre autres, le syndrome de la page blanche du personnage principal Aurel, face à son amour pour Blanche qu'il n'arrive pas à mettre en mots.

Questionnée sur cet angle principal de son plus récent roman, l’auteure ottavienne affirme ne pas du tout craindre la feuille vierge.

La petite page blanche est toute innocente; elle ne peut pas me faire de mal, elle ne peut pas m’effrayer, avance Mme Vinet. Je me livre à cette petite page blanche, et je laisse l’histoire se raconter.

Après la parution de son roman début février, elle participe au Salon du livre de Toronto et sera invitée d’honneur au Salon du livre de l’Outaouais.

En entrevue à l'émission À échelle humaine, elle confie avoir consacré beaucoup de temps à écrire son prochain manuscrit pendant le confinement.

Mon éditrice m’a envoyée un courriel, elle m’a dit Est-ce que l’écriture vous aide à traverser cette période de confinement?, raconte-t-elle. Je lui ai répondu Non, Madame, au contraire. Le confinement m’aide à traverser cette période d’écriture.

Je n’avais aucune excuse. Alors, je me suis créée un cocon, un univers, ici dans mon petit bureau.

Le Salon du livre de Toronto se déroule jusqu’au 24 février prochain. Le lendemain, ce sera le coup d'envoi du Salon du livre de l’Outaouais. Les deux événements se déroulent de façon virtuelle.

Le malaimant de Michèle Vinet est disponible en formats papier et numérique aux éditions l’Interligne.