•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Musique et cinéma : l’évolution du rock en deux dimensions

Photo en noir et blanc de sièges vides.
Les bancs des cinémas ont jadis été l'endroit de prédilection pour voir les vedettes du moment en prestation­PHOTO : Unsplash / Alex Avalos
À échelle humaine, Ici première.
À échelle humainePublié le 8 mai 2021

Historiquement, la musique et le cinéma ont toujours été intrinsèquement liés. Pour sa chronique musique, Dominique Denis jette un regard sur les grands et petits écrans qui auront contribué à l'essor de la musique populaire.

Avant même de voir du dialogue au grand écran, le cinéma était musical; puisque les films muets des années 1910 et 1920 étaient accompagnés par des pianistes qui ponctuaient l’intrigue à l’écran par leur contrepoint musical.

À partir des années 1930, Hollywood est le refuge de toute une génération de compositeurs européens qui ont créé la trame sonore postromantique que l’on associe au premier âge d’or du cinéma.

Mais le cinéma n’a pas seulement utilisé la musique à des fins décoratives : avec les comédies musicales par exemple, la musique est jouée, chantée et incarnée à l’écran.

Bien entendu, l’histoire ne s’arrête pas là. Pour sa chronique, Dominique Denis revient sur quelques moments marquants de la musique populaire au grand écran.

Il passe entre autres par le film culte Urgh! A Music War, un vidéoconcert des Beatles capté à Washington, James Brown au T.A.M.I. Show, Pink Floyd à Pompéi et le film Pirate Radio qui incarne de façon bien efficace, selon Dominique, l’essence de la culture de la musique rock.