•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'importance de savoir faire le RCR

L'animateur de l'émission matinale Par ici l'info, Mathieu Beaumont.
Rattrapage du mardi 29 novembre 2022

L'importance de savoir faire le RCR

Entrevue avec la conseillère Chrystelle Lefebvre :  Son acte de bravoure

Une personne qui porte des gants pratique la RCR sur un mannequin.
Entreprendre le RCR de façon précoce peut doubler, voire même tripler les chances de survie chez un patient qui est en arrêt cardiorespiratoire.PHOTO : iStock
L'animateur de l'émission matinale Par ici l'info, Mathieu Beaumont.
Par ici l'infoPublié le 29 novembre 2022

En visite à Montréal dimanche, la conseillère municipale du district de Saint-Élie, Christelle Lefèvre, était loin de se douter qu'elle aurait à mettre en pratique ses connaissances acquises alors qu'elle était ambulancière en Belgique. Au restaurant avec des proches, elle a entrepris des manoeuvres de réanimation auprès d'un homme en arrêt cardiaque.

Pour la conseillère, c'est une anecdote qui soulève l'importance de savoir comment réagir dans ce genre de situation.

Les gens autour de moi sont restés un peu choqués et ils ont réalisé qu'ils n'auraient pas su quoi faire. Ils étaient en panique et c'est ça le problème quand on n'est pas formés. Et quand on est formés, ça devient un réflexe. On sait exactement quoi faire et à quel moment. Plusieurs personnes sur place l'ont dit : "je vais aller me former", relate-t-elle.

L'homme en question avait déjà des problèmes cardiaques. Au restaurant, plutôt que de s'effondrer, il s'est tout simplement affaissé sur sa chaise. C'est la fille de Christine Lefèvre qui l'a avertie qu'il y avait un problème.

La conseillère s'est approchée pour demander si elle pouvait les aider.

Personne n'avait pensé à prendre son pouls, à vérifier sa respiration, etc. J'ai pris ses "paramètres" et là j'ai constaté que monsieur était déjà froid et qu'il n'y avait plus de pouls, plus rien, poursuit-elle.

Une physiothérapeute, qui était aussi sur place, l'ai aidée à faire les manoeuvres.

« Il a réagi très vite, on a eu vraiment de la chance. Il a fallu cinq compressions, et pouf ! Il est revenu. Les couleurs dans son visage ont repris, la chaleur a recirculé aussi dans ses mains. »

— Une citation de  Christelle Lefèvre

Selon la conseillère, il n'y avait pas non plus sur place de défibrillateur, un autre outil qui peut selon elle sauver des vies.

Mais aussi de voir est-ce qu'il y a un défribrillateure sur place ? Mais il n'y en avait pas.


Ce sont des outils - nos connaissances et des défibrillateurs - ça peut sauver des vies.