•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Manifestation contre le projet de loi 96 :  Emma Roberge, du Collège Champlain

Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du lundi 27 septembre 2021

Manifestation contre le projet de loi 96 :  Emma Roberge, du Collège Champlain

Des étudiants du collège Champlain de Lennoxville se mobilisent contre le projet de loi 96

Un professeur s'adresse à une classe où sont assis de nombreux étudiants.
Un professeur s'adresse à une classe où sont assis de nombreux étudiants.PHOTO : Getty Images / skynesher
Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'infoPublié le 27 septembre 2021

Des étudiants du collège Champlain de Sherbrooke se mobilisent contre certaines dispositions du projet de loi 96, qui vise à réformer la Loi 101.

Des étudiants manifesteront mercredi sur le terrain de leur établissement scolaire pour demander le retrait de la limite d'accès aux cégeps anglophones.

Dans ce projet de loi déposé en mai par le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, Québec souhaite geler la proportion des places disponibles dans les cégeps anglophones à 17,5 % des places totales dans le réseau collégial.

« Le but de notre manifestation est d'éduquer les étudiants sur la cause. On veut promouvoir la diversité sur notre campus, donc on va jouer de la musique en français et en anglais. »

—  Emma Roberge, vice-présidente de l'Association étudiante du collège Champlain

Même s'ils sont en faveur de la protection du français, ces étudiants estiment que tous les cégépiens devraient pouvoir conserver le droit d'effectuer leurs études postsecondaires dans la langue de leur choix.

On n'est pas contre la totalité de la Loi 96. On comprend que c'est vraiment important la langue française, la moitié de nos étudiants parlent le français à la maison, indique Emma Roberge.

Une pétition à ce sujet a été lancée par les étudiants. Un peu plus d'une centaine de personnes l'ont signée jusqu'à maintenant.