•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Danielle Berthold, présidente du Comité de sécurité publique

Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 22 septembre 2021

Entrevue avec Danielle Berthold, présidente du Comité de sécurité publique

Une bonne nouvelle pour la sécurité des femmes à Sherbrooke

Une trentaine de policiers ont participé à des contrôles routiers lors d'un rassemblement de motards à Sherbrooke.
Le Service de police de Sherbrooke se dotera d'un employé, dédié à temps plein, aux cas de violence conjugale et familiale. PHOTO : Radio-Canada / Emilie Richard
Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'infoPublié le 22 septembre 2021

Les élus de Sherbrooke embaucheront une nouvelle ressource consacrée au traitement des cas de violences conjugales déclarés au Service de police de Sherbrooke. Le policier sera en charge d'accompagner les victimes, et de s'assurer du respect des conditions de libération du conjoint violent.

Ce sera d'exercer un suivi avec les victimes, avec les organismes qui collaborent aussi, surtout un suivi très accru des individus qui présentent de hauts risques de récidives. On sait que ce qui peut éclater, c'est en dedans de trois mois suivant la rupture. Il est important de divulguer, de porter plainte. Dès qu'on sera au fait, on aura un œil particulier sur ces gens-là, explique Danièle Berthold, présidente du Comité de sécurité publique de Sherbrooke.

Un ajout qui est aussi en lien avec le lancement du comité pour la sécurité des femmes dans les rues de Sherbrooke, ajoute la conseillère municipale. L'embauche de cette ressource fait suite à une initiative du gouvernement du Québec, qui financera le projet pour les cinq prochaines années.

La nouvelle survient juste au moment où les policiers de Sherbrooke recherchent un homme ayant frappé une infirmière parce qu'elle avait administré le vaccin à sa femme, sans son consentement à lui. Un acte que cette femme devrait avoir fait de son libre arbitre, souligne Danièle Berthold. Si la dame a reçu un vaccin, c'est probablement parce qu'elle a pris le temps de s'asseoir sur la chaise, qu'elle a pris rendez-vous et puis qu'elle est allée là.