•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 9 juin 2021

Les bals de finissants en juillet :  Catherine Laurier, professeur à l'UdeS

Les bals de finissants pour souligner la résilience des jeunes

Publié le 10 juin 2021
Des femmes avec des chaussures à talon et des robes dans un bal de finissants.
Un bal de finissants.PHOTO : Getty Images / Daniel Schoenen

Les élèves de 5e secondaire pourront finalement avoir leur bal de finissants à compter du 8 juillet prochain.

La santé publique du Québec impose toutefois que les bals se tiennent à l’extérieur, sous un chapiteau, et soient limités à un maximum de 250 personnes.

On accueille bien sûr avec beaucoup de joie cette annonce qu’ils puissent se rassembler. Mais surtout, je crois que ce qui est important, c’est le moment de passage que constituent la graduation ou le bal des finissants. C’est important dans un parcours académique, aussi dans notre développement ce passage-là, la fin du secondaire, vers où ça va nous mener, soit le cégep, soit le milieu du travail, etc. C’est quand même un passage, un grand moment de fierté, de grande reconnaissance, souligne Catherine Laurier, psychologue et professeure au département de psychoéducation à l’Université de Sherbrooke.

Selon elle, ce rite de passage est d'autant plus signicatif dans le contexte de la pandémie. Cependant, les parents d’élèves estiment que l'organisation des bals de finissants à quelques jours de la fin de l’année scolaire représente un défi.

Il y a déjà une mobilisation de plusieurs parents pour mettre ça en place parce que les élèves le méritent [...] Mais ça peut être un défi logistique aussi, parce que, encore une fois, c’est une décision à la dernière minute et un manque de prévision ou de reconnaissance envers les jeunes que le gouvernement et la santé publique ont fait preuve, soutient Dominic Bourassa, président du Comité de parents du Centre de services scolaire des Sommets.