•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 6 mai 2021

Nouveau centre de recherche en informatique de la santé à l'UdeS

Des outils informatiques pour prédire la mort

Publié le 6 mai 2021
Un médecin touchant le bras d'un patient sur un lit d'hôpital, en signe de réconfort.
Un médecin touchant le bras d'un patient sur un lit d'hôpital, en signe de réconfort.PHOTO : Radio-Canada

Et si nos jours étaient comptés? Littéralement? C'est le mandat que s'est donné le nouveau Centre interdisciplinaire de recherche en informatique de la santé (CIRIUS), inauguré dans le cadre du congrès de l'Acfas.

Ce centre de l'Université de Sherbrooke, unique au Québec, développera notamment des outils grâce à l'intelligence artificielle qui permettront d'identifier plus facilement les patients qui leur reste peu de temps à vivre.

Ça nous est arrivé trop souvent d’avoir des patients pour qui la fin de vie arrivait de façon un petit peu trop surprenante, avec pas suffisamment de temps pour se préparer, pour comprendre ce qui arrive, pour prendre des décisions éclairées sur les soins dans la dernière année. Alors, on s’est dit qu’il y avait probablement quelque chose à faire avec la richesse des données de Sherbrooke, explique le Dr Jean-François Éthier, directeur du Centre interdisciplinaire de recherche en informatique de la santé.

Il souligne que les gens peuvent plus facilement décider, entre autres, s'ils veulent subir une opération nécessitant une longue convalescence, et qui n'améliorerait pas nécessairement leur espérance de vie.

« C’est le genre de projets que l’on mène au CIRIUS et qui permet de changer rapidement la vie des gens. En leur permettant, si le risque de décès est relativement élevé dans la prochaine année, de dire : "Peut-être que je ne prendrai pas une opération qui va me mettre sur le dos pendant trois mois, s’il y a un haut risque de décès par exemple. »

—  Dr Jean-François Éthier, directeur du CIRIUS