•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 1 avril 2021

Entrevue avec Marc-André Coallier, propriétaire du théâtre La Marjolaine

La Marjolaine prépare la reprise de ses activités

Publié le 1 avril 2021
Marc-André est souriant, il porte la barbe et une chemise à motif de raquettes
Marc-André CoallierPHOTO : Radio-Canada / Amélie Grenier

Tout est en place pour le retour du théâtre d'été. Le Théâtre La Marjolaine célèbre cette année son 60e anniversaire, mais pandémie oblige, elle présentera des productions plus modestes.

Le comédien Marc Messier rodera son tout premier spectacle solo en août prochain, dans une salle qui accueillera tout au plus 96 spectateurs afin de respecter les consignes sanitaires.

Ça va être un show intime. La Marjolaine, c’est pas grand. C’est un petit théâtre où on fait de grandes choses [...] Dès la fin juillet, les gens vont pouvoir revenir à La Marjolaine et on est extrêmement heureux, souligne le propriétaire, Marc-André Coallier.

Par ailleurs, celui-ci confirme qu’il a renoncé à vendre son établissement. Au cours des derniers mois, Marc-André Coallier a travaillé sur un projet qui aidera à assurer la pérennité du théâtre.

On a fait quelque chose de pas pire [...] En 2020, on n’a pas produit de théâtre malheureusement. Mais on a produit autre chose, explique-t-il.

« Je dis toujours : le théâtre, c’est la vie. On va produire de l’eau-de-vie. Alors, avec mes copains, on a produit une eau-de-vie à base d’érable. Ça s’appelle l’acérum. On appelle ça la Rhumerie du théâtre, qui fabrique un acérum, un acte un, un acte deux, un acte trois. »

—  Marc-André Coallier, propriétaire de La Marjolaine

L'eau-de-vie est fabriquée à Granby, en collaboration avec la Chaufferie, et sera disponible cet été.

Acte un, c’est l’alcool qui est blanc. Acte deux, ambré et acte trois, c’est vieilli trois ans. Tout ça va aider à faire vivre la Marjolaine pour ses 60 ans, conclut-il.