•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du mardi 2 mars 2021

Le personnel infirmier est très sollicité depuis le début de la pandémie

Enseignants en soins infirmiers recherchés dans les cégeps

Publié le 2 mars 2021
Enseignants en soins infirmiers derrière une console qui supervisent des étudiants en train de pratiquer des interventions sur un mannequin.
Des cégeps peinent à recruter de nouveaux professeurs afin de former la relèvePHOTO : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Le personnel infirmier est très sollicité depuis le début de la pandémie. D'ailleurs, des enseignants en soins infirmiers ont décidé de prêter main-forte à leurs collègues du réseau de la santé. Par conséquent, des cégeps peinent à recruter de nouveaux professeurs afin de former la relève.

C’est un problème criant depuis quelques années dans le réseau collégial, mais qui est probablement amplifié par la pandémie. C’est ce que l’on constate sur le terrain, indique Nicolas Lecomte, président du Syndicat des enseignants du Collège Champlain de Lennoxville.

Les étudiants subissent les contrecoups de cette situation.

Il nous manquait minimalement un professeur pour donner nos cours de stages. En termes du nombre d’étudiants qu’on pouvait amener en hôpital, qui est limité à six en ce moment, on a dû faire les groupes un peu plus grands. Ça fait en sorte que tous les étudiants inscrits dans ce groupe de stage ne peuvent pas être présents sur le terrain en même temps pour s’occuper des patients. On doit les assigner à d’autres tâches, ce qui est loin d’être idéal, ajoute-t-il.

Pour les enseignants, cela peut se traduire par une surcharge de travail.

Il y a une certaine coordination à faire qui va être différente. Il faut imaginer de nouveaux contenus, de nouvelles choses à faire pour les étudiants. Évidemment, ça tire un peu l’élastique chez nous, souligne-t-il.