•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du lundi 26 octobre 2020

Accueil des immigrants en temps de pandémie :  Mercedes Orellana, SANC

La pandémie ralentit l'immigration en Estrie

Publié le 26 octobre 2020
Une personne tient un petit drapeau du Canada
Le nombre de demandeurs d'asile accueilli en Estrie a augmenté entre juillet 2019 et juillet 2020 par rapport à l'année précédente.PHOTO : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La pandémie a freiné l'accueil de nouveaux arrivants. Néanmoins, le Service d'aide aux Canadiens (SANC) souligne que des gens de différents statuts ont pu franchir la frontière ces derniers mois.

De juillet 2019 à juillet 2020, 1293 personnes provenant d’une cinquantaine de pays ont été accueillies en Estrie, soit près de 300 de plus que l’année précédente.


Ce sont les travailleurs temporaires et les étudiants internationaux qui ont particulièrement gonflé les statistiques.


On a eu aussi les demandeurs d’asile qui ont augmenté au-delà de 150 personnes, parce qu’on a fini avec 283 demandeurs d’asile de plus en Estrie cette année, souligne la directrice générale du Service d'aide aux Néo-Canadiens Mercedes Orellana.


Elle reconnaît que la pandémie nécessite beaucoup d’ajustements.


Ça rallonge les délais, ça complique les démarches, ça oblige les personnes à attendre un peu plus que d’habitude, même s’il y a des ententes avec le gouvernement pour faciliter certaines démarches administratives, indique-t-elle.


Par ailleurs, Mme Orellana confirme que des demandeurs d’asile ont dû renoncer à des cours de francisation en raison de nouvelles exigences du ministère de l’Éducation comme le rapportait récemment Radio-Canada.