•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Charles-Éric Raymond :  Étudiant en génie à l'UdeS et déjà entrepreneur

Par ici l'info, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 9 septembre 2020

Charles-Éric Raymond :  Étudiant en génie à l'UdeS et déjà entrepreneur

Un étudiant en génie à l’UdeS devient son propre patron

Derrière de logo de l'université des étudiants suivent un cours en plein air.
L'Université de Sherbrooke relance ses activités différemment en raison de la pandémie.PHOTO : Radio-Canada / Martin Bilodeau
Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'infoPublié le 9 septembre 2020

Un finissant du programme de génie mécanique est aussi son propre patron. Il a lancé son entreprise où il a été durant l'été... stagiaire.

Charles-Éric Raymond fondera officiellement l’entreprise Foxtrot avec Benoît Serrano-Parent en janvier prochain. Une entreprise spécialisée dans la production de plateformes motorisées et télécommandées pour le déplacement de charge lourde.

En entrevue à l’émission Par ici l’info, il a expliqué que c’est dans le cadre d’un cours qu’il a développé sa fibre entrepreneuriale. Cela nous a permis d’avoir le temps de créer notre technologique à l’intérieur du BAC, a-t-il expliqué.

Il constate qu’il reste encore beaucoup de place à l’innovation dans les entreprises. C’est surprenant à quel point on est capable d’apporter des améliorations facilement, a-t-il mentionné au micro de Renée Dumais-Beaudoin.

« Ce que je m’aperçois, c’est qu’il y a plusieurs projets qui émergent dans nos classes, où on voit qu’il y a vraiment encore une place à l’innovation, puis qu’on n’a pas besoin d ‘être une grande entreprise avec beaucoup d’employés pour avoir les moyens. »

—  Charles-Éric Raymond

Durant l’été, son partenaire et lui ont eu l’occasion de travailler sur leurs prototypes alors qu’ils étaient stagiaires au sein de leur entreprise. On est les premiers à faire (être stagiaire et patron), s’est-il exclamé. Avoir un été au complet à allouer à ce projet, cela nous a permis de confirmer la pertinence du projet.

M. Raymond estime que les plateformes motorisées diminueront les risques d’accident. Nos charriots sont motorisés et télécommandés. Il n’y a pas d’utilisateurs qui sont près du danger lorsque la machine se déplace, a-t-il mentionné.