•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Audio fil du mercredi 10 juillet 2019

L'impact de l'arsenic sur la santé

Tafisa à Lac-Mégantic : les impacts de l’arsenic sur la santé

Publié le 10 juillet 2019
De la fumée émanant d'une cheminée.
De la fumée émanant d'une cheminée de l'usine manufacturière Tafisa, à Lac-Mégantic.PHOTO : Radio-Canada

Radio-Canada Estrie a dévoilé mardi que l'entreprise Tafisa de Lac-Mégantic peine à respecter les normes gouvernementales concernant ses rejets atmosphériques d'arsenic. Le dossier sème l'inquiétude chez les citoyens du coin et aussi auprès du professeur titulaire à Polytechnique Montréal, Gérald Zagury. L'expert trouve préoccupant tout dépassement des normes reliées aux émissions d'arsenic.

Les mesures prises à Lac-Mégantic indiquent une concentration moyenne d'arsenic de 5,1 nanogrammes par mètre cube dans l'air. La norme québécoise est fixée à 3 nanogrammes par mètre cube.

D’après le responsable du programme de génie des mines, il y a lieu de procéder à une analyse du risque sur la santé humaine.

« L’arsenic est un élément qui peut entraîner des cancers du poumon, de la vessie, des voies digestives, de la prostate. [Il faut] voir avec une concentration de 5 nanogrammes par mètre cube pendant plusieurs années à quel risque de cancer on arrive en bout de ligne. »

—  Gérald Zagury, professeur titulaire, Polytechnique Montréal

À partir du moment où l’arsenic présent dans l’air sous forme de poussière se dépose régulièrement au niveau des résidences des citoyens qui sont à proximité, il pourrait y avoir d’autres voies d’exposition, renchérit Gérald Zagury. Par exemple, l’ingestion accidentelle de ces poussières parce que les enfants se mettent régulièrement les mains dans la bouche.

L’histoire de Lac-Mégantic rappelle un dossier similaire qui s’est déroulé en Abitibi-Témiscamingue en mai dernier. Une étude a révélé une surexposition à l'arsenic jusqu'à quatre fois plus élevée que la normale chez les enfants d’un quartier de Rouyn-Noranda, voisin d’une fonderie de cuivre.