•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Comment survivre à une chute dans l’eau glacée

Des pieds sur une étendue d'eux glacée en train de se briser.
Avec le printemps vient le dégel. Sur les cours d'eau, cela se traduit par une glace qui s’amincit et une augmentation du risque de noyade.PHOTO : iStock / Artranq
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 23 mars 2022

Avec le printemps vient le dégel. Sur les cours d'eau, cela se traduit par une glace qui s'amincit et une augmentation du risque de noyade. Le directeur général de la Société de sauvetage du Québec, Raynald Hawkins, explique quelques mesures à prendre si la glace d'un cours d'eau brise sous nos pieds, notamment la règle du 1-10-1.

M. Hawkins souligne que le corps subit un choc thermique lorsqu’il pénètre dans l’eau glaciale. Ce choc cause l’hyperventilation, le sentiment de ne plus pouvoir respirer.

En une minute, on doit reprendre le contrôle de notre respiration, sinon l'inconscience suivra, selon le directeur général de la Société.

Il ajoute que des recherches sur l’hypothermie à l'Université du Manitoba ont démontré que le corps dispose ensuite de dix minutes de force musculaire pour casser la glace mince autour de soi, sortir les avant-bras de l’eau et s’accrocher à une plaque de glace solide ou à une embarcation.

« [Selon la règle 1-10-1] Le dernier 1, c’est que vous avez ensuite environ une heure devant vous, dépendant de votre forme physique, de votre morphologie et de vos vêtements, avant que le facteur de l'hypothermie vous rende inconscient. »

— Une citation de  Raynald Hawkins, directeur général, Société de sauvetage du Québec