•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La beauté dans l’oeil des communautés noires

Une femme portant un chandail à capuchon qui se cache le visage grâce à ses mains.
Certains aspects de la beauté demeurent subjectifs et constants d’une communauté à une autre.PHOTO : iStock / SeventyFour
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 14 janvier 2022

L'idéal de la beauté change constamment. De plus, les courants de modes mettent en valeur certains styles, en négligent d'autres pendant que certains aspects de la beauté demeurent subjectifs. Cela varie aussi d'un groupe ethnoculturel à l'autre, ou paradoxalement ce qui complexe les uns, peut être perçu comme un atout par certains, explique Aïchatou Touré, la présidente du Conseil de la communauté noire de Gatineau.

Le culte de la minceur est par exemple très répandu dans les pays occidentaux, or, c’est tout à fait le contraire dans certains pays d’Afrique, où les femmes plus rondes sont perçues comme un modèle de beauté, fait valoir Aïchatou Touré.

Selon elle, une des préoccupations de bien des femmes noires est de contrôler leurs cheveux frisés. Cela peut créer des complexes chez les filles notamment dès le plus jeune âge, alors qu’elles sont confrontées sur les médias sociaux à des stéréotypes de femmes aux cheveux lisses et longs.

Mme Touré souligne également les complexes liés à la couleur de la peau, un héritage de l’esclavage et des systèmes coloniaux, où la peau claire était plus valorisée socialement.

« Plusieurs facteurs peuvent influencer notre perception de nous-mêmes et de notre corps. Nous avons du pouvoir sur certains d'entre eux et il est également important de noter que les gens n'ont pas tous la même façon de gérer tout cela. Notre façon de réagir contribue grandement au développement de notre estime de soi et de notre image corporelle. »

— Une citation de  Aïchatou Touré, présidente du Conseil de la communauté noire de Gatineau

Selon Mme Touré, les mesures prises par certaines personnes pour se conformer à ces idéaux de beauté ne sont pas sans conséquences.

Outre les risques de maladies graves, l‘image corporelle négative qui s’ensuit peut causer des problèmes de santé mentale se répercutant sur le corps, tels que la dépression, et des comportements autodestructeurs comme les régimes amaigrissants malsains, ainsi que l'abus de drogue ou d'alcool.