•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Moins de 25 ans, je me lance en politique municipale

Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du lundi 11 octobre 2021

Moins de 25 ans, je me lance en politique municipale

Âgés de 22 ans, ils se lancent en politique municipale à Gatineau

Edmond Leclerc et Tiffany-Lee Norris Parent, souriants.
Alors que la course aux municipales 2021 bat son plein, de jeunes visages apparaissent sur les affiches électorales dans différents secteurs de la ville de Gatineau.PHOTO : Avec la gracieuseté d'Edmond Leclerc et d'Action Gatineau
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 12 octobre 2021

Alors que la course aux municipales 2021 bat son plein, de jeunes visages apparaissent sur les affiches électorales dans différents secteurs de la ville de Gatineau. Discussion avec deux de ces candidats de la relève qui ont choisi de se lancer : Edmond Leclerc est candidat indépendant dans le district de Buckingham, et Tiffany-Lee Norris Parent, est candidate d'Action Gatineau dans le district de Touraine.

Selon une étude de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval portant sur le dernier scrutin, en 2017, le taux de participation des 18-24 ans a été beaucoup moins élevé que celui des citoyens plus âgés.

En effet, seulement un jeune sur deux a affirmé avoir voté aux dernières élections municipales, contrairement à 70 % des répondants plus âgés. D’après les chercheurs, cela pourrait s’expliquer par un cynisme à l'égard de la politique en général.

« Il y a un cynisme, oui! Il y a un manque d’éducation, oui! Je pense que [parler de politique] devrait commencer dans les écoles secondaires. »

—  Tiffany-Lee Norris Parent, candidate d’Action Gatineau dans le district de Touraine

D’ailleurs, l'un des principaux facteurs de la faible participation électorale des jeunes serait le manque de connaissances politiques et civiques, par exemple l’identité des candidats, leurs promesses et les enjeux.

Dans ce contexte, certains aspirants conseillers estiment qu’ils ont une carte à jouer.

La plupart des gens se rallient lorsqu’ils voient l’envergure de mon programme électoral, lorsqu’ils voient mes idées. [...] Ma campagne, c’est une campagne d'idées. La plupart des gens reconnaissent qu’il y a de quoi de beau de voir un jeune entrer en politique, puis ils sont ouverts à voir du changement, explique Edmond Leclerc.