•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La nouvelle derrière la nouvelle : les jeunes ont une grande capacité d’adaptation

Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 2 septembre 2021

La nouvelle derrière la nouvelle : les jeunes ont une grande capacité d’adaptation

Les jeunes s’adaptent mieux à la pandémie que leurs parents?

Une salle de classe dans une école primaire de l'Ontario.
Des experts recommandent que la santé mentale des étudiants soit prise en compte au retour des classes.PHOTO : La Presse canadienne / Nathan Denette
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 2 septembre 2021

Une étude menée par des chercheurs de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) sur le quotidien chamboulé par la pandémie, démontre que les jeunes ont une bien meilleure capacité d'adaptation que leurs parents. Marie-Lou St-Onge en a discuté avec Christine Gervais, professeure au département des sciences infirmières de l'UQO, chercheure au centre d'études et de recherche en intervention familiale (CÉRIF) et codirectrice de l'étude Réactions.

Menée auprès de 200 familles, réparties sur tout le territoire québécois, l’étude Réactions présente l’évolution des expériences vécues par des jeunes de 7 à 17 ans et leurs parents pendant la pandémie. Les entrevues ont été menées en quatre phases, d'abord en mai, ensuite en juillet et en novembre 2020. La dernière mesure a été prise à la fin du mois d’avril et au début mai 2021.

Une des conclusions est que les jeunes se sont mieux adaptés aux différentes phases de la pandémie.

« L’expérience du confinement a été très demandante pour les parents, on a des scores vraiment préoccupants au niveau de la santé mentale [...] Mais par contre on a des enfants qui, somme toute, ont du plaisir pendant le confinement. Évidemment ils sont un peu incertains de la situation, ils sont un peu déstabilisés, mais ils en profitent pour faire plein de choses qu’ils ne font pas habituellement. »

—  Christine Gervais, codirectrice de l’étude Réactions