•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Deuxième rentrée scolaire sous le signe de la COVID à Ottawa et Gatineau

Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du mardi 31 août 2021

Deuxième rentrée scolaire sous le signe de la COVID à Ottawa et Gatineau

Retour à l’école : du rattrapage à prévoir?

Une jeune fille avec un masque assise sur un banc d'école en train d'écrire dans un cahier.
Cette rentrée scolaire est marquée par des retards importants accumulés par certains enfants, à cause des longs mois passés en virtuel l’an dernier.PHOTO : iStock / Halfpoint
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 31 août 2021

C'est la deuxième rentrée scolaire sous le signe de la COVID. Même si elle se déroule dans des conditions un peu plus normale que la précédente, elle se fait sous d'autres signes inquiétants, notamment celui des retards d'apprentissage qu'il faudra combler. Voici votre bilan de la rentrée, des deux côtés de la rivière des Outaouais, avec Anne Vinet-Roy, présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens et Nadine Peterson, directrice générale du Centre de services scolaires des Portages-de-l'Outaouais.

Qui dit rentrée en 2021, dit mesures sanitaires, vaccination, et port du masque, mais aussi apprentissage. À ce chapitre, cette rentrée est marquée par des retards importants accumulés par certains enfants, à cause des longs mois passés en virtuel l’an dernier.

En Ontario, les enseignants franco-ontariens en milieu minoritaire craignent une détérioration de la qualité du français chez leurs élèves pour qui l’école est parfois le seul milieu francophone dans leur vie.

« Il y a certainement eu des choses qu’on a pas pu faire et c’est pas nécessairement la faute du personnel scolaire. Tout le monde a fait ce qu'il pouvait et il y a encore beaucoup de points d’interrogation. »

— Une citation de  Anne Vinet-Roy, présidente de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens

Du côté de l'Outaouais, les enseignants s'interrogent aussi sur la qualité de l’enseignement présentée l’an dernier, et le fait qu’il est encore difficile de savoir exactement quels écarts se sont creusés pour chacun des élèves.

« On sait que l'enseignement a été différent. On a vraiment axé sur les savoirs essentiels, ce qui fait qu'on n’a pas couvert tout le programme qui était présenté d'habitude. Par contre, il y a déjà des mécanismes qui sont en place pour rattraper ce retard, par exemple le mentorat qu'on a mis en place l'an passé. »

— Une citation de  Nadine Peterson, directrice générale du Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais

Chose certaine, la fébrilité de la rentrée cette année est un mélange de joies et de craintes face aux adaptations auxquelles devront se plier enfants, parents et enseignants.