•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du lundi 24 mai 2021

Inquiétante pénurie de sauveteurs au Québec

Ouverture des piscines et plages : le Québec manque de sauveteurs

Publié le 1 juin 2021
Une bouée de sauvetage accrochée sur un poteau de bois sur le bord d'une plage.
Le Québec manque cruellement de surveillants-sauveteurs, et la région de l’Outaouais n’y fait pas exception.PHOTO : Freepik / kurguzova

Alors que la saison estivale et l'ouverture des piscines sont à nos portes, le Québec manque cruellement de surveillants-sauveteurs, et la région de l'Outaouais n'y fait pas exception, selon la Société de sauvetage du Québec : pour l'ensemble de la province, la moitié moins de jeunes se sont inscrits à la formation en 2020, comparativement à l'année précédente.

D’après le directeur général de l’organisme, Raynald Hawkins, ce manque de main-d'œuvre pourrait s’expliquer, en partie, par la pandémie de COVID-19 et la diminution des heures d'ouverture de nombreuses piscines.

M. Hawkins craint que cette pénurie puisse entraîner la réduction des heures de surveillance de certaines piscines ou plages, et par conséquent, davantage de noyades potentielles, car, lorsqu’un plan d’eau est surveillé, les risques de noyades baissent drastiquement. En effet, les noyades en milieu supervisé représentent moins de 1 % de toutes les noyades recensées chaque année au Québec.

Raynald Hawkins pense que l’une des solutions serait d’offrir les formations pour devenir sauveteur en activités parascolaires au secondaire. L’an dernier, la Société de sauvetage du Québec a recensé 95 noyades non officielles pour toute la province, comparativement à 59 en 2019. Il s’agit d’une augmentation de 64 % du nombre de noyades.