•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du mardi 6 avril 2021

Aménager des espaces spécialement conçus pour nos ados dans les parcs

Quel est le parc idéal, selon nos ados?

Publié le 7 avril 2021
Une main tenant un crayon en train de travailler sur un plan d'un parc avec plusieurs outils de dessins.
Est-ce que les sentiers et des parcs sont aménagés comme espérés par les adolescents, à leur image?PHOTO : iStock / Toa55

Avec l'arrivée du beau temps et des températures chaudes au cours des derniers jours, de plus en plus de jeunes choisissent de profiter des sentiers et des parcs. Est-ce que ces endroits sont aménagés pour répondre aux besoins des ados? C'est la question à laquelle Loisir Sport Outaouais a tenté de répondre.

Au cours des derniers mois, l’organisme a tenu une série de cafés citoyens avec des jeunes et leurs parents, afin de définir des espaces spécialement conçus pour eux dans les parcs municipaux.

Ces derniers seraient composés, entre autres, de skateparks, de casiers pour ranger le matériel de jeu libre, d’espaces gazonnés, de mobiliers urbains offrant des aires ombragées, de hamacs pour se reposer et de fontaines d’eau.

Selon l’agent de développement à Loisir Sport Outaouais, Normand Veillette, les jeunes veulent de petits aménagements d’équipement sportif, comme des pumptracks - des pistes en terre battue composée de bosses arrondies et de virages relevés, affectionnée par les amateurs de BMX et vélo de montagne.

La création d’endroits désignés pour faire des feux de camp a aussi fait partie des doléances. La Ville de Québec a par exemple installé 24 stations chaleureuses pour la saison hivernale.

« Si on ne crée pas d’aménagements sécuritaires pour nos ados pour faire des feux, ils vont en faire ailleurs. Il y a des enjeux de feux de racines dans ce temps-là. »

—  Normand Veillette, agent de développement à Loisir Sport Outaouais

Selon M. Veillette, la pandémie de COVID-19 a fait en sorte que les parcs et les sites de plein air ont connu une hausse fulgurante de l’achalandage. Il croit que les municipalités doivent repenser cet été leurs aménagements par rapport aux besoins de leurs citoyens et sonder cette clientèle que sont les jeunes.

La clientèle adolescente, on ne l’a jamais prise en solo. On ne l’a jamais nommée comme telle. Ce que [les adolescents] veulent, dans le fond, c’est une zone à l’écart de papa, maman, petit frère et petite sœur, indique-t-il.

Normand Veillette suggère, par exemple, à la Ville de Gatineau de commencer par créer des projets pilotes dans chacun des différents secteurs.

Questionné à savoir si les idées évoquées par les adolescents lors des récentes consultations sont financièrement réalisables, l’agent de développement a répondu qu’il s’agissait surtout d’une question de choix d’équipements.

On ne demande pas de faire un aréna à 15 millions [de dollars] dans chacun des parcs. [...] Au lieu de choisir une glissoire et un module de jeux, on va choisir un mur d’escalade et un pumptrack, détaille-t-il.