•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Comment gérer une crise comme la pandémie du coronavirus

Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 13 mars 2020

Comment gérer une crise comme la pandémie du coronavirus

Coronavirus : comment gérer l'inconnu?

Le coronavirus
Le coronavirus sème le chaos dans le monde du sportPHOTO : Reuters
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 13 mars 2020

Depuis les derniers jours, la situation de la pandémie du coronavirus a beaucoup changé et évolué. Pour mieux comprendre comment ça se passe lors d'une situation semblable, Philippe Macroux discute avec Robert Lupien, vice-président, secteur Fabrication et manufacturier pour le Cabinet de relations publiques national.

Dans le but de réduire le plus possible la vitesse de propagation de la maladie, le premier ministre François Legault demande à toutes les personnes qui reviennent de l’étranger ou qui ont des symptômes s’apparentant au coronavirus de se placer en isolement pour une période de 14 jours.

« Ces mesures sont nécessaires »

—  Robert Lupien, vice-président, secteur Fabrication et manufacturier pour le Cabinet de relations publiques national

Depuis hier, tout a été chamboulé, plusieurs événements culturels et sportifs ont été annulés, certaines écoles ont fermé temporairement leurs portes, bref plusieurs organisations sont en pleine gestion de crise.

Robert Lupien explique qu'il est très rare que l'on doit prendre ce genre de mesures préventives Le moment qui se rapproche de la situation actuelle, c'est probablement le grand verglas de 1998 où l'on avait connu des situations à peu près semblables explique-t-il.

Le premier ministre du Québec François Legault.

Le premier ministre François Legault annonce que les écoles, les cégeps et les universités demeureront fermés pour deux semaines.

Radio-Canada

« On est dans l'inconnu »

—  Robert Lupien, vice-président, secteur Fabrication et manufacturier pour le Cabinet de relations publiques national

Par contre, Robert Lupien souligne qu'il ne faut pas semer la panique C'est très important de rassurer les gens sur la situation, à travers une communication qui est ouverte, qui est transparente et qui rapporte des faits [...] la situation évolue d'heure en heure à vitesse grand V. Alors, il faut absolument que les gens puissent avoir la bonne information ajoute-t-il.