•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chronique politique fédérale avec Dimitri Soudas

Montage photo de Jean Chrétien, George W. Bush et de patates.
Les visites présidentielles peuvent servir à régler de grands enjeux commerciaux entre les nations.PHOTO : Radio-Canada / Images : Fred Chartrand, La Presse canadienne / wwasilisa, iStock
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 24 mars 2023

C'est jeudi que Joe Biden et son épouse Jill Biden sont arrivés à Ottawa pour un peu plus de 24 h. Vendredi, le président et la première dame participeront à un souper officiel en compagnie de Justin Trudeau et de Sophie Grégoire Trudeau. Par le passé, ces soupers ont permis de régler des enjeux importants, souligne l'analyste politique Dimitri Soudas.

Il rappelle que lors du Sommet des Amériques à Québec, au début des années 2000, l’ancien premier ministre du Canada, Jean Chrétien, s’était assuré que son équipe serve des pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard au président américain George W. Bush durant tous ses repas pour le convaincre de lever un embargo sur les importations de ce légume canadien, ce qui avait finalement fonctionné quelques jours plus tard. Lors du dernier souper à la Citadelle de Québec, [...] Jean Chrétien a dit à George W. Bush : “George! Cela fait quatre repas que tu manges des pommes de terre et tu vois, tu n’es pas mort. Arrêtez ces niaiseries avec les pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard.” [...] Et ça s’est réglé comme ça, explique Dimitri Soudas.