•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

C'est qui qui écrit les avertissements sur les produits avec Marie-Lou St-Onge

Les matins d'ici, ICI Première.
Rattrapage du 24 novembre 2022 : sauvetage de migrants en Grèce et la performance du Canada à la Coupe du monde

C'est qui qui écrit les avertissements sur les produits avec Marie-Lou St-Onge

C’est qui qui écrit les avertissements sur les produits?

Illustration d'une bulle qui pointe un personnage dans une foule. Dans la bulle se trouvent plusieurs symboles représentant des avertissements sur des produits.
C’est qui qui écrit les avertissements sur les produits?PHOTO : Radio-Canada / Simon Blais
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 24 novembre 2022

« Attention, contient du liquide chaud! » « N'avalez pas la pile. Cela pourrait provoquer des brûlures chimiques. » Qui est responsable de la rédaction des avertissements sur les produits que nous consommons? C'est la question à laquelle nous répondons à la chronique C'est qui qui.

Les fournisseurs ou l’entité responsable de l’emballage, de l’importation ou de la transformation du produit sont dans l’obligation de fournir les bonnes informations et de se conformer aux réglementations. Au Canada, plusieurs instances comme Santé Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments ou le Bureau de la concurrence canadienne s’assurent que les entreprises respectent ces règles.

Même s’ils paraissent parfois loufoques, les avertissements sur les emballages ont leur raison d’être. Ils mettent en garde le public des effets nocifs possibles d’un produit ou de l’utilisation de ce dernier. Beaucoup de compagnies se basent sur le concept de précaution : un principe juridique qui suggère essentiellement d’inscrire les risques possibles s’il est impossible de prouver qu’il n’en existe pas.

Pour en savoir plus et entendre quelques exemples d’avertissements pertinents et d’autres qui le sont moins, écoutez la chronique de Marie-Lou St-Onge.