•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Pour ne pas perdre de vue le caractère accueillant du Québec

Un homme et une femme qui posent pour la caméra.
Mohamed Ait Bouzakri et Roxana Merello plaident en faveur d’une société québécoise qui reconnaît à juste mesure la contribution de ses immigrants.PHOTO : Radio-Canada
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 23 septembre 2022

Le thème de l'immigration occupe un espace médiatique important de la campagne électorale québécoise, entre les déclarations des chefs et les nombreuses chroniques sur le sujet. Que pensent les personnes directement concernées par cet enjeu? Deux immigrants de la région de l'Outaouais, Roxana Merello et Mohamed Ait Bouzakri, partagent leur perspective au micro des Matins d'ici.

Roxana Merello a quitté son Pérou natal, il y a 13 ans, pour s’installer au Canada. Elle est maintenant directrice générale de Service Intégration Travail Outaouais (SITO), un organisme qui accompagne les nouveaux arrivants dans leurs premiers pas sur le marché du travail.

Pour elle, l’amalgame entre violence et immigration s’avère un terrain glissant où les leaders politiques devraient à tout prix éviter de s’aventurer, au risque de diviser.

« Le Québec [...] peut être une province qui est riche, une province qui est diversifiée et une province qui est accueillante… et on ne doit pas perdre ça de vue. »

— Une citation de  Roxana Merello

Pour elle, la clé de l’intégration des immigrants demeure la préparation au travail.

Mohamed Ait Bouzakri ne pourra pas voter aux élections du 3 octobre, puisqu’il a immigré il y a à peine quelques mois avec sa femme et son fils. Malgré tout, l’ingénieur en énergies renouvelables, originaire du Maroc, observe avec acuité les débats en cours sur l’immigration, l’identité québécoise et la langue française.

C’est fondamental dans une société d’avoir une identité et d’en être fier, mais de là à l’opposer à d’autres identités juste pour l’affirmer, je ne pense pas que ce soit le bon moyen, insiste-t-il. Au contraire, une identité qui s’affirme n’a pas peur d’autres identités.

Tous les deux s’entendent sur l’importance de rappeler la riche contribution des immigrants à la société québécoise.