•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Petite enfance : créer de nouvelles places n’est pas la solution, selon des éducatrices

Les éducatrices outaouaises Josée Chénier et Christelle Turbide.
Les éducatrices outaouaises Josée Chénier et Christelle Turbide.PHOTO : Radio-Canada
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 2 septembre 2022

Les éducatrices outaouaises Josée Chénier et Christelle Turbide n'en démordent pas : la qualité des services doit primer sur le nombre de places en garderie. Réunies autour d'un café virtuel, elles ont partagé leur point de vue au micro des Matins d'ici.

En poste au CPE Les enfants d’abord à Gatineau, Josée Chénier travaille comme éducatrice depuis 20 ans. À son avis, les promesses des partis sont alléchantes, mais ne tiennent pas compte des besoins réels du milieu.

Christelle Turbide, sa collègue du CPE Vallée Sourire à Gracefield, abonde. Il faut justement donner un service de qualité pour les enfants et les éducatrices qui sont là, en ce moment, sur place, qui rentrent tous les jours de 7 h à 18 h, insiste-t-elle. C’est là qu’il faut mettre le temps. C’est là qu’il faut mettre l’argent! Pas à essayer de créer plus de places quand t’as pas plus de personnel pour le faire!