•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L’art de camoufler les cicatrices et les mauvaises décisions un tatouage à la fois

Montage photo « avant, après » d'un tatouage qui a été recouvert.
La spécialité de la tatoueuse Raven Richard est le « cover up », ou l’art de recouvrir les dessins ratés, mais aussi les cicatrices.PHOTO : Facebook/Bad Kitty Tattoo
Les matins d'ici, ICI Première.
Les matins d'iciPublié le 19 août 2022

Passionnée depuis toujours par le dessin, la tatoueuse Raven Richard a embrassé la profession il y a plus de 25 ans, après qu'un tatoueur lui a suggéré de suivre une formation. Aujourd'hui sa spécialité est le « cover up », ou l'art de recouvrir les dessins ratés, mais aussi les cicatrices.

Raven Richard est née à Ottawa de deux parents autochtones originaires du Pontiac et de l’Abitibi. Quand elle a ouvert Bad Kitty Tattoo, son propre salon installé dans la capitale nationale, les femmes se faisaient plutôt rares dans le milieu.

À Ottawa, ça a commencé comme ça, c'était slow. Il y avait d’autres femmes qui faisaient des tatouages, mais elles faisaient ça en cachette parce qu’elles n'étaient pas capables de se faire embaucher dans une shop à tatouages, se remémore-t-elle.

Raven Richard se souvient qu’à l’époque, son travail ne se limitait pas au tatouage, mais aussi à la fabrication de ses outils de travail.

On faisait nos propres aiguilles [...] il fallait les souder, les stériliser, précise-t-elle. Ce qu’elle aime le plus dans son métier? Donner une nouvelle vie aux tatouages que ses clients regrettent, pour toutes sortes de raisons.

Montage photo « avant, après » d'un tatouage qui a été recouvert.

Raven Richard donne une nouvelle vie aux tatouages que ses clients regrettent.

Facebook/Bad Kitty Tattoo

Au-delà des erreurs de jeunesse et des mauvais choix de design, elle parvient aussi à mettre un baume sur les plaies et les mauvais souvenirs, en effaçant les cicatrices à l’aide de son art.

Montage photo « avant, après » d'une cicatrice qui a été tatouée.

Raven Richard parvient aussi à mettre un baume sur les plaies et les mauvais souvenirs, en effaçant les cicatrices à l’aide de son art.

Facebook/Bad Kitty Tattoo

Raven Richard travaille ainsi régulièrement avec des femmes ayant subi des mastectomies, et des augmentations mammaires après un cancer du sein. L’artiste tente par ce moyen de leur redonner une féminité perdue, ou une confiance en soi.

« C’est traumatisant un cancer [..]je suis tellement fière d’être capable de redonner ça à une femme! »

— Une citation de  Raven Richard, tatoueuse et propriétaire de Bad Kitty Tattoo

Dans sa cinquantaine avancée, Raven Richard demeure passionnée par ce métier qu’elle compte poursuivre jusqu’à ce qu'[elle] soit aveugle.