•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Audio fil du jeudi 19 avril 2018

Il y a 10 ans, les inondations au N.-B. et les difficultés financières

10 ans après les inondations, des citoyens ont encore du mal à se sortir la tête de l'eau

Publié le 19 avril 2018
Inondations 2008 au Nouveau-Brunswick
Inondations 2008 au Nouveau-Brunswick PHOTO : Radio-Canada

En avril 2008 au Nouveau-Brunswick, une vingtaine de villages sont inondés. Une situation jamais vue en 35 ans dans la province. Des villes et villages du Nord-Ouest jusqu'au sud du Nouveau-Brunswick, tout le long du fleuve Saint-Jean, se sont retrouvés sous l'eau. De fortes pluies ont fait fondre la neige rapidement, le sol était gelé et n'a pas pu absorber toute cette eau.

10 ans plus tard, des citoyens ont encore de la misère à se sortir la tête de l'eau. Ils paient encore le prix de ce déluge.

« J'ai été obligé de réparer ma maison. Ma maison est centenaire, j'ai dû défoncer le plancher pour ajouter des matériaux. La province nous avait accordé un certain montant d'argent, mais ce n'était pas suffisant »

—  Georges Michaud, ancien maire de Baker Brook

Georges Michaud l'ancien maire de Baker Brook a fait appel au programme d'aide de la province. Il s'attendait à recevoir beaucoup plus d'argent pour réparer tous les dégâts causés par l'eau dans sa maison.

« Nous avons baissé les bras, nous étions découragés, le gouvernement nous disait qu'il n'y avait plus d'argent pour nous »

—  Georges Michaud, ancien maire de Baker Brook

Robert Duguay des mesures d'urgence, rappelle que les programmes d'aide en cas de catastrophe ont un objectif bien précis.

« En 2008 il y a 23 communautés qui ont été affectées par cette situation-là. Il y a quand même 20 millions qui ont été distribués partout dans la province, dont 800-mille dollars pour la région de Baker Brook. Il faut comprendre que le programme d'aide en cas de catastrophe ce n'est pas un programme permanent et ce n'est certainement pas un programme de compensation. C'est un programme qui est là pour permettre aux gens de se remettre sur pied »

—  Robert Duguay, mesures d`urgence du Nouveau-Brunswick

Le responsable des mesures d'urgence suggère aux gens de bien se protéger et de vérifier avec leur compagnie d'assurance pour vérifier s'il y a des possibilités de s'assurer pour dommages causés par les inondations.