•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Audio fil du lundi 30 octobre 2017

Déportation :  Des documents d'archives jettent un nouvel éclairage sur l'histoire

Déportation des Acadiens :  des documents inédits trouvés en France

Publié le 30 octobre 2017
Des documents d'archive
De nouveaux documents jettent un nouvel éclairage sur le quotidien des réfugiés de l'Acadie française entre 1751 et 1760.PHOTO : Gracieuseté Ronnie Gilles LeBlanc

On en sait maintenant un peu plus sur les Acadiens qui sont restés en Acadie française, sur le territoire actuel du Nouveau-Brunswick, pendant la période du Grand Dérangement. Des milliers de documents ont été découverts à Paris et permettent de jeter un nouvel éclairage sur le quotidien des camps de réfugiés acadiens de 1751 à 1760.

C'est Noël avant l'heure pour l'historien Ronnie Gilles LeBlanc.

« On trouve là dedans de l'information sur la construction des forts Beauséjour, Gaspareau, le fort Menagoueche. Aussi sur les camps de réfugiés de Bélair à Cocagne, d'Espérance à Miramichi, de la Petite Rochelle à Restigouche. C'est très riche en information sur cette période qui était auparavant un grand trou noir », raconte avec enthousiasme Ronnie Gilles LeBlanc.

Les documents, qui se trouvaient aux Archives nationales de France à Paris, ont d'abord été remarqués par l'archiviste des Archives nationales du Québec, Rénald Lessard, en 2012. C'est lui qui a avisé ses collègues acadiens de la découverte.

De nouveaux documents jettent un nouvel éclairage sur le quotidien des réfugiés de l'Acadie française entre 1751 et 1760.

Gracieuseté Ronnie Gilles LeBlanc

Plus de 8000 entrées sont inscrites dans la base de données, dont 4 554 touchent directement à l'Acadie française, c'est-à-dire au Nouveau-Brunswick actuel. De celles-ci, près de 2000 sont liées à des fournitures de bois de chauffage; il reste donc approximativement 2500 données qui présentent un intérêt pour la recherche en Acadie.

« Ça nous renseigne énormément sur les déplacements des familles acadiennes dans ces camps-là, sur la façon dont ils étaient nourris. »

—  Ronnie-Gilles LeBlanc, historien

M. LeBlanc est surpris de constater à quel point les Acadiens étaient en contact entre eux pendant cette période, qu'ils soient installés à Cap Sable en Nouvelle-Écosse, à l'Isle Saint-Jean [l'Île-du-Prince-Édouard, NDLR] et même au Québec.

« Ça change notre perception fondamentalement. On avait une très mauvaise idée de ce qui se passait dans cette période. Là on a un regard intime sur ce qui se passait. On apprend que des familles ont survécu en mâchant des peaux de castor. En 1760, Québec est tombée, on ne peut compter sur personne pour s'approvisionner. C'est une période troublante de notre histoire », souligne M. LeBlanc.

Il rappelle que plusieurs régions acadiennes d'aujourd'hui ont accueilli leurs premiers Acadiens au cours de ces années. Par exemple Néguac, Shippagan, Caraquet, Cocagne et la région du Restigouche.

Les données sont en train d'être numérisées, mais des copies sont disponibles au Centre d'études acadiennes de l'Université de Moncton.