•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le point sur le bar rayé au Nouveau-Brunswick

Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Audio fil du lundi 1 avril 2019

Le point sur le bar rayé au Nouveau-Brunswick

Baisse du bar rayé : pas d’inquiétude dans la Péninsule acadienne

Un bar rayé dans les mains d'un pêcheur sportif
Il y avait en 2018 près de trois fois moins de bars rayés dans le golfe du Saint-Laurent que l'année précédente, selon le ministère des Pêches et des Océans (archives).PHOTO : Radio-Canada
Le réveil Nouveau-Brunswick, ICI Première.
Le réveil / Nouveau-BrunswickPublié le 1 avril 2019

L'importante diminution du nombre de bars rayés dans le golfe du Saint-Laurent notée par les autorités fédérales n'inquiète pas un guide de pêche de la région de Shippagan, au Nouveau-Brunswick.

Il y avait environ 330 000 bars rayés en âge de se reproduire dans le golfe en 2018, alors qu'on estimait leur nombre à plus de 900 000 en 2017, selon un rapport récent du ministère des Pêches et des Océans.

Le propriétaire du service de guide AKRÖ au bar rayé, André Fortin, ne voit pas une pareille diminution de l’espèce dans la région.

Je ne suis pas un biologiste, mais je peux vous confirmer que le bar rayé est bien présent. Si on parle à des pêcheurs d’éperlans sur la glace, à bien d’autres pêcheurs aussi, ils disent que les autres espèces ont diminué beaucoup. Mais est-ce que c’est le bar rayé? On suppose que oui. Il faudrait peut-être faire un peu plus de recherche approfondie pour avoir une meilleure idée [de] son comportement et si vraiment le poisson a diminué, affirme André Fortin.

M. Fortin ne croit pas que la pêche récréative joue un rôle dans la fluctuation du nombre de bars rayés dans le golfe. D’autres facteurs lui semblent plus plausibles.

En lisant des articles, on peut voir que le bar rayé a un comportement qui change beaucoup avec la température de l’eau. Peut-être qu’il y a eu des impacts de ce côté-là. Ça peut varier d’une année à l’autre, comme les spécialistes nous disent, indique M. Fortin.

Il ne s’en fait pas pour l’avenir de l’espèce dans la région.

« On va le suivre de très près, mais je n’ai pas d’inquiétude ce côté-là. »

— Une citation de  André Fortin, propriétaire du service de guide AKRÖ au bar rayé, à Shippagan

Pêches et Océans Canada n’a pas encore présenté son plan pour la prochaine saison de pêche récréative au bar rayé. André Fortin ne s’attend pas à des changements importants cette année.

Mais non, ça ne nous inquiète pas. On sait que le poisson est encore là. Ça reste à voir dans les prochaines années les données qu’ils vont nous fournir, dit-il.

La prochaine saison de pêche récréative dans la Péninsule acadienne s’annonce prometteuse, selon André Fortin. Il dit recevoir presque quotidiennement des appels de clients qui font des réservations.

Beaucoup de mes clients font exprès de venir dans la région juste pour pêcher le bar rayé. Ça permet à des gens qui ont des chalets à louer ou des motels d’avoir des espaces loués pour eux autres. Les campings aussi, les restaurants, souligne-t-il.