•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Legionella à l'école de la Montée :  la décontamination est en cours

Écouter l'Estrie ICI Première.
Audio fil du jeudi 13 septembre 2018

Legionella à l'école de la Montée :  la décontamination est en cours

Legionella à l'école de la Montée : l'été chaud parmi les suspects

L'extérieur de l'école de la Montée à Sherbrooke
La bactérie Legionella est présente à l'école de la Montée à SherbrookePHOTO : Radio-Canada
Écouter l'Estrie ICI Première.
Écoutez l'EstriePublié le 14 septembre 2018

Les étés de plus en plus chauds comme celui vécu au cours des dernières semaines au Québec ne sont pas étrangers à la prolifération de la bactérie Legionella dans les tours de refroidissement, comme c'est le cas au pavillon Le Ber de l'école de la Montée à Sherbrooke, estime un spécialiste.

Avec les températures chaudes et humides de façon continue, l'eau dans les tours est maintenue chaude, ce qui favorise la croissance des bactéries, explique le biologiste de formation et président-drecteur général de SPI Bio, Étienne Lemieux, dont l'entreprise est spécialisée en prévention contre la bactérie.

La Legionella est la bactérie responsable de la maladie du légionnaire qui s'apparente à une pneumonie. Le système de climatisation du pavillon Le Ber a été arrêté mardi en raison de la présence de la bactérie, plus d'une semaine après la conduite d'un test mensuel pour en détecter la présence.

Le délai est inhérent à la technique. La technique prend du temps pour que la bactérie puisse croître et qu'on puisse la détecter, mentionne M. Lemieux.

Son entreprise commercialise de son côté un appareil qui détecte en « temps réel » la présence de la bactérie.

Dès qu'on atteint un petit niveau, inférieur au niveau de risque, on peut agir de façon préventive pour éviter d'atteindre des seuils avec des risques sanitaires, résume Étienne Lemieux.

La bactérie est présente partout dans la nature, dans les rivières, dans les sols, dans les lacs. On ne peut pas l'éliminer de l'environnement. Par contre, il faut limiter sa croissance et les tours de refroidissement sont des sites de croissance incroyables pour cette bactérie-là en plus d'être des ventilateurs. Donc, ils projettes des aérosols dans les airs qui peuvent contenir ou non les bactéries, résume-t-il.