•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La Maison Corps Âme et Esprit a des besoins grandissants

Écouter l'Estrie ICI Première.
Rattrapage du mercredi 1 avril 2020

La Maison Corps Âme et Esprit a des besoins grandissants

Corps Âme et Esprit forcé de refuser des clients

Un verre d'alcool et une bouteille de comprimés sur un bar
L'Hôpital de Moncton et d'autres établissements au Nouveau-Brunswick accueilleront les patients du centre de traitement des dépendances de Moncton durant les travaux de rénovation.PHOTO : iStock
Écouter l'Estrie ICI Première.
Écoutez l'EstriePublié le 2 avril 2020

La pandémie de coronavirus a des répercussions à la maison d'hébergement Corps, Âme et Esprit de Sherbrooke.

L'établissement qui offre des services aux personnes aux prises avec une dépendance à l'alcool ou aux drogues n'accepte plus les admissions jusqu'à nouvel ordre.

La directrice générale, Marie-Andrée Pelletier explique que cette mesure a un impact quant aux revenus et que les subventions sont loin d'être suffisantes.

Ça va être difficile pour l'organisme. Le prochain mois ne sera pas facile. On vivait déjà de peu, on était créatif. [La situation] amène des enjeux très importants, on se mobilise, mais ce n'est pas facile, enchaîne Mme Pelletier.

Entre 12 à 15 personnes se trouvent en ce moment sur la liste d'attente.

« On va faire des évaluations avec des rencontres téléphoniques ou virtuelles. On a beaucoup adapté notre milieu, mais l'isolement de ces personnes-là va exacerber leur problématique. »

—  Marie-Andrée Pelletier, directrice générale du centre Corps Âme et Esprit

Les visites au centre d'hébergement sont maintenant interdites, tout comme les sorties.

Mme Pelletier se dit également très préoccupée de la situation en général.

Je vois ce qui se passe, les gens consomment de plus en plus. Est-ce qu'on est en train collectivement de se convaincre que ça va bien aller pour passer au travers?, se questionne-t-elle.

Elle ajoute que les gens plus vulnérables risquent d'augmenter leur consommation.