•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Comment nos oiseaux réagissent-ils à l’approche de l’automne?

Écouter l'Estrie ICI Première.
Rattrapage du mardi 25 août 2020

Comment nos oiseaux réagissent-ils à l’approche de l’automne?

Comment nos oiseaux réagissent-ils à l’approche de l’automne?

Un cardinal rouge, immobile sur le sol, en hiver.
Un cardinal rouge,PHOTO : ebird.org
Écouter l'Estrie ICI Première.
Écoutez l'EstriePublié le 25 août 2020

Les jours raccourcissent, les nuits sont plus froides, les insectes aériens sont moins nombreux, comment nos oiseaux réagissent-ils à l'approche de l'automne? Bernard Jolicoeur, ornithologue amateur, nous donne la réponse.

Les oiseaux doivent se préparer à l'arrivée de l'automne. Chaque espèce a sa façon d'agir. Voici quelques exemples d'adaptations.

Le Colibri à gorge rubis

Cet oiseau se nourrit à peu près exclusivement du nectar de fleurs et des petits insectes que cela attire. La majorité des espèces florales complètent leur cycle, les fleurs se transforment en fruits et éventuellement en graines, plus de nectar disponible. Les Pics maculés qui picossent les feuillus au printemps pour en lécher la sève sucrée, un rabais pour les colibris, sont passés à une diète davantage insectivore.

Le colibri n’a d’autre choix que de migrer.

Faisant fi de la Covid et des frontières il partira vers le sud, notamment les Antilles et l’Amérique centrale. Il est vrai que rendu à la pointe de la Floride, un petit pourcentage de la population traversera sans escale le golfe du Mexique (800 km), mais la majorité des individus longeront la côte.

Les colibris comme de nombreux autres migrateurs connaissent une période d’activité frénétique d’alimentation pour s’y préparer. Ils accumuleront du « carburant » sous forme de graisses représentant plus du tiers de leur masse corporelle dans ce contexte.

L’Hirondelle bicolore

L'hirondelle bicolore est aussi très peu flexible en termes de régime alimentaire: insectivore à 100% et qui plus est, elle ne consomme que des insectes aériens.

Elle migre vers des contrées où elle pourra trouver sa pitance.

La Corneille d’Amérique

Une bonne partie de ses sources de nourriture disparaîtra à l’automne et aussi...une bonne partie de nos corneilles partent également, mais...un certain nombre d’irréductibles arrivent tant que bien que mal à tirer leur épingle du jeu avec ce qui reste et passent donc la saison froide avec nous.

Le Cardinal rouge

Cet oiseau profite lui aussi de la présence de l’homme, buisson et arbuste ornemental pour y nicher et toutes sortes de graines associées à nos plantes d’aménagement paysager en sont de bons exemples. Toutefois en hiver, c’est le développement du loisir ornithologique avec des milliers de mangeoires d’oiseaux qui est responsable de l’augmentation de ses effectifs chez nous.