•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Écouter l'Estrie ICI Première.
Écouter l'Estrie ICI Première.
Audio fil du mardi 26 février 2019

Histoire :  l'origine de la semaine de relâche scolaire

Histoire :  l'origine de la semaine de relâche scolaire

Publié le 26 février 2019
Passer du temps en famille pendant la semaine de relâche à l'extérieur
La relâchePHOTO : iStock

La relâche scolaire est l'occasion pour les jeunes de prendre une pause bien méritée, mais elle représente aussi une source de stress pour de nombreux parents. Michel Harnois de la Société d'histoire de Sherbrooke nous parle de l'origine de la semaine durant laquelle, selon Tourisme Québec, 41 % des Québécois effectuent un voyage d'au moins une nuit à l'extérieur de leur lieu de résidence.

D'où vient l'idée de la relâche scolaire ?

L'idée originale de ce congé vient à Fernand Paradis durant ses études en enseignement dans les années 1960. Il constate qu'à chaque année les statistiques d'absentéisme se répètent. À la fin de février et au début mars. Les élèves et les enseignantes sont plus nombreux à s'absenter. Il associe cette augmentation à la lassitude de l'hiver que quelques personnes ressentent.

En 1968, alors directeur des services éducatifs du primaire de la Commission scolaire catholique de Québec il fait un stage d'observation en France. Il y découvre un congé qui n'existe pas ici: les vacances printanières. Ses interlocuteurs français lui disent que les enfants et les enseignantes ont besoin d'un répit à ce moment de l'année pour trouver un regain d'énergie.

Neuf années plus tard, alors qu'il est directeur de la Commission scolaire catholique de Québec, il réussi à implanter le concept. Après quelques négociations avec le syndicat et un réaménagement du calendrier scolaire, les élèves de Québec peuvent expérimenter une première relâche. À son grand étonnement, il ne faut que quelques années pour que son idée fasse boule de neige et que le congé soit mis en place partout au Québec.