•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Par ici l'info, ICI Première.
Par ici l'info, ICI Première.
Audio fil du mercredi 12 juillet 2017

Recherche de personnes disparues avec Jean-François Desroby, bénévole

Une aide méconnue pour retrouver les disparus

Publié le 12 juillet 2017
Un ruban jaune de la police
Un ruban jaune de la policePHOTO : CBC

Vous les avez peut-être vus quadriller les terrains du Québec lorsqu'une personne est portée disparue... L'Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage regroupe plus de 500 membres aux quatre coins de la province, toujours prêts à porter secours dans les cas de disparition.

Même si l’association regroupe 22 équipes de recherches à travers le Québec, les bénévoles ne sont pas toujours contactés par les policiers en cas de disparition. « S’ils ont besoin d’assistance, les policiers contactent le centre d’opération gouvernementale qui est lié au ministère de la Sécurité publique, qui ensuite contacte l’association », explique Jean-François Desrosby.

L’Association existe depuis 2002, les bénévoles ont entre autres prêté renfort aux citoyens lors de la tragédie de Lac-Mégantic. Leur expertise principale demeure l’aide en cas de disparition.

« Notre mission principale est de venir en assistance aux policiers dans la recherche et le sauvetage de personnes disparues »

—  Jean-François Desrosby, coordonnateur en Estrie de l'Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage

L’Association demeure donc une ressource complémentaire qui vient aider les policiers dans leurs recherches. « On essaie de ne pas nuire au travail des policiers et de ne pas travailler en parallèle avec eux », ajoute Jean-François Desrosby.

Les bénévoles sont entre autres formés par d’anciens policiers, des militaires, des thérapeutes sportifs. « On est formé en GPS, en technique de recherche au sol, en carte et boussole, en secourisme en milieu éloigné, en pistage, en protection de scène de crime », élabore Jean-François Desrosby.

Le cas de Jean-Claude Lacroix

L’Association n'a pas été appelée en renfort par le Service de police de Sherbrooke (SPS) pour retrouver Jean-Claude Lacroix (Nouvelle fenêtre). L’homme de 69 ans qui a quitté la Résidence Brooks dimanche dernier et n’a pas été revu depuis. Le Groupe de recherche terrestre du SPS a suspendu ses recherches sur le terrain. (Nouvelle fenêtre)

« C’est certain que l’équipe de recherche et de sauvetage de la police de Sherbrooke connait très bien notre numéro, donc j’ai confiance en leur jugement. S’ils ont besoin de nous, ils vont nous appeler, j’imagine qu’ils avaient assez d’effectifs spécialisés dans leur équipe », conclut Jean-François Desrosby.