•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Maxime Coutié anime Aujourd'hui l'histoire.

Aujourd'hui l'histoire

  • Les élections de 1966, la défaite crève-cœur de Jean Lesage

    Le 5 juin 1966, contre toute attente, le gouvernement libéral de Jean Lesage, qui avait opéré la Révolution tranquille, a été battu par Daniel Johnson, chef de l'Union nationale. L'historien et politologue Jean-Charles Panneton explique comment cette élection a marqué le Québec.
    Détails
  • Les ramancheurs, ces héritiers d’un savoir très ancien

    Les ramancheurs redressaient la colonne vertébrale, replaçaient les os et corrigeaient les luxations. Ils occupaient une place importante dans les récits folkloriques québécois, car leurs compétences intriguaient et fascinaient à la fois le peuple canadien-français. L'ethnologue Serge Gauthier nous parle de ce métier disparu.
    Détails
  • La caricature politique au Québec

    La caricature politique fait appel à l'humour et est une arme puissante et souvent très efficace. Durant l'Antiquité, elle était déjà présente sous certaines formes. Au Québec, certains caricaturistes sont devenus des légendes, et leurs coups de crayon avaient pour cible la classe politique. Le professeur d'histoire de l'art Dominic Hardy nous les fait connaître.
    Détails
  • La vie inusitée de Mary Shelley, l'auteure de Frankenstein

    Mary Shelley a écrit Frankenstein ou le Prométhée moderne, l'un des premiers romans de science-fiction au monde, un livre d'épouvante dont le personnage monstrueux deviendra l'un des plus célèbres du genre. La créature née de Victor Frankenstein a d'abord été le fruit de l'imagination de l'écrivaine, dont la vie personnelle a aussi inspiré l'écriture du roman, comme le raconte l'historienne Catherine Tourangeau.
    Détails
  • La querelle du joual : deux conceptions de l'identité québécoise

    Pour certaines personnes, le joual symbolise la déchéance et la pauvreté intellectuelle d'un Québec colonisé. Pour d'autres, il est plutôt un symbole d'affirmation nationale, un marqueur d'identité. Wim Remysen, professeur de linguistique à l'Université de Sherbrooke, fait le point sur cette longue querelle.
    Détails