•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Cent fois sur le métier.

Cent fois sur le métier

  • Bande-annonce

    À découvrir le 18 novembre sur Radio-Canada OHdio
    Détails
  • L’épiphanie

    « Ç'a été une des décisions les plus difficiles de ma vie, mais je n'en pouvais plus. Il fallait que je parte. » Lors de vacances salutaires dans le Maine, Marie-Hélène Frenette-Assad décide de quitter son emploi. Elle amorce alors une réflexion sur son rapport au travail, qui l'amène à revisiter l'histoire d'immigration de sa famille.
    Détails
  • Les passionnés

    Est-ce plus dangereux de nous épuiser lorsque notre travail est aussi notre passion? Est-ce important d'avoir autre chose dans sa vie qu'on aime autant que son emploi? Pour répondre à ces questions, Marie-Hélène s'entretient avec des artistes de différents horizons, pour qui la ligne entre métier et loisir est parfois floue.
    Détails
  • Gérer ses flûtes

    Qu'elle soit plus anxieuse ou moins énergique, ou les deux à la fois, chaque personne vit des obstacles différents qui influencent ses performances au travail. Marie-Hélène en parle avec la journaliste Judith Lussier, qui a mis du temps avant de réaliser qu'elle souffrait d'anxiété. De son côté, l'auteur et comédien Simon Boulerice dévoile l'un des secrets de sa prolificité.
    Détails
  • Les boss

    Il existe de bonnes et de mauvaises raisons pour devenir gestionnaire. Pour l'ex-maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin, il faut vouloir aider les autres avant de souhaiter obtenir un poste prestigieux. Marie-Hélène discute aussi avec la mentore en gestion Hélène Rodrigue, qui explique ce qu'est une culture d'entreprise saine.
    Détails
  • L’épilogue

    Pour clore cette série, Marie-Hélène retourne à la plage avec son amie Claudine, mais cette fois à Halifax plutôt que dans le Maine. Au bout d'une semaine de surf et d'une année et demie de réflexion, elle dresse un bilan de ce qu'elle a appris sur sa relation avec son métier. Si elle n'est pas un bourreau de travail, elle se considère néanmoins comme une « surperformante ».
    Détails