•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Parler mal : le balado.

Parler mal : le balado

  • Insécurité 101

    « À force de se faire dire qu'on parle mal, on finit par le croire. » Bianca Richard et Gabriel Robichaud racontent comment elle et lui ont pris conscience de leur complexe d'insécurité lié à leur manière de parler. Le duo rencontre la sociolinguiste Annette Boudreau, qui a consacré des années de recherche à comprendre l'insécurité linguistique après avoir observé le silence de ceux et celles qui ne pensent pas avoir les mots qu'il faut.
    Détails
  • L’école

    À l'école, Bianca s'est fait dire que le français parlé dans sa région était le pire du Nouveau-Brunswick. Sa collègue de classe Solange LeBlanc est pourtant devenue enseignante de français. Ensemble, elles plongent dans leurs souvenirs d'enfance et évoquent le défi que représente l'enseignement d'une langue qu'on a parfois le sentiment de mal maîtriser.
    Détails
  • En politique

    « Tu vas nous faire honte. » L'ancienne ministre fédérale Claudette Bradshaw raconte comment sa manière de parler a été source de gêne dans sa carrière politique. La langue a aussi été un défi dans le parcours politique de l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant, critiqué pour son français jugé inadéquat pour la fonction qu'il occupait. Il déplore que cette dynamique pousse des francophones à se tourner vers l'anglais pour éviter les reproches.
    Détails
  • Et ailleurs?

    Est-ce que l'insécurité linguistique est un phénomène uniquement acadien? Pas du tout, selon celle qui se fait appeler l'insolente linguiste, Anne-Marie Beaudoin-Bégin. Elle constate que partout dans le monde, des gens vivent de l'insécurité quand ils ont le sentiment de parler différemment de ceux et celles qui incarnent la norme à leurs yeux. Gabriel et Bianca échangent avec un Toulousain et une Gaspésienne qui en témoignent.
    Détails
  • L’avenir

    Est-il possible de parler avec confiance et de se débarrasser de son insécurité linguistique? L'Acadien de la Nouvelle-Écosse Éric Dow estime que oui. Il raconte que l'étude de l'histoire de la langue l'a aidé à se décomplexer. Aujourd'hui, il revendique une place pour sa langue et la met en valeur en chanson avec les membres de son groupe, Cy.
    Détails