•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le balado T'as un village dans l'oreille.

T'as un village dans l'oreille!

  • Bande-annonce

    Réalisation : Jeannot Bournival
  • Ma grand-mère et la mémoire

    À 17 ans, Fred Pellerin devient guide touristique de Saint-Élie-de-Caxton. Dans l'idée de mettre en valeur l'histoire de son village, il se tourne vers sa grand-mère pour lui tirer les souvenirs. Il découvre alors que la mémoire est un élément essentiel de l'identité, mais aussi que le souvenir cohabite souvent avec la fabulation.
  • Le curé et l’existence collective

    À notre époque, l'ambition de fonder des villages n'apparaît plus comme un rêve disponible. Pourtant, l'idée de la création d'une communauté demeure une question essentielle : à partir de quand une somme de personnes devient-elle une entité collective? Pour tenter d'y voir clair, on étudie l'acte fondateur de Saint-Élie-de-Caxton.
  • Le forgeron et les rôles de chacun

    À Saint-Élie-de-Caxton comme dans la plupart des petits villages, chaque personne s'inscrit comme un engrenage important dans la mécanique sociale. Par son travail, son talent ou sa personnalité, chacune d'entre elles participe au fonctionnement d'une microsociété. Du même coup, il en ressort pour l'individu un attachement important à sa collectivité.
  • Eugène et la parole

    Le village de Saint-Élie-de-Caxton, par son sens de la parole et de l'invention, cultive un nombre important d'histoires et de légendes. Aussi, cette parole, en plus de nourrir un processus créatif, est un liant social qui met en valeur et permet le déploiement du dynamisme de la communauté.
  • Toussaint le ratoureux

    Les histoires sont de belles façons de vivre par procuration ce qu'on n'ose pas aborder dans la réalité. À Saint-Élie-de-Caxton, le personnage de Toussaint Brodeur avait un sens du ratoureux dont il fit souvent usage pour déjouer l'autorité. Se le raconter, c'est une occasion de satisfaire cette part rebelle en nous qu'on fait taire trop souvent dans le quotidien.
  • La Stroop et ses mystères

    Devant les choses qu'on n'arrive pas à s'expliquer, la tentation est belle de s'inventer des histoires. À Saint-Élie-de-Caxton, ces zones grises de l'inexpliqué sont les endroits précis où on a décidé de déposer nos plus beaux mystères : la Stroop, les lutins, un forgeron transformé en arbre, et encore...
  • Babine et l’inclusion

    Dans une classe, dans un groupe ou dans un village, le fait d'être un nouveau venu ou d'être différent peut souvent venir avec son lot de misères. À Saint-Élie-de-Caxton, plutôt que de jouer avec l'esprit fermé, on tend à intégrer son monde à une vitesse rare et avec une efficacité étonnante.
  • Madame Gélinas et la démographie

    La tendance démographique glisse vers les villes depuis quelques années. À Saint-Élie-de-Caxton, si le nombre d'habitants est stable, le tour de force réside dans le rajeunissement marqué de la moyenne d'âge. Chez nous, on ne parle plus de fermer l'école : il a fallu en doubler la superficie!
  • Méo, la vérité et le mensonge

    Une des grandes richesses de Saint-Élie-de-Caxton se trouve dans ses histoires. Aussi, si on pousse la curiosité à vouloir y séparer le vrai du mensonge, la réalité de l'invention, on découvre qu'il existe une zone floue où les deux univers se confondent. Cette zone, c'est l'endroit précis où poussent les légendes.
  • Ésimésac et l’esprit de clocher 

    La fierté collective est une clé importante pour maintenir la vigueur et le sentiment d'appartenance au sein d'une communauté. Dans certains villages, pendant une époque, cet esprit de clocher bien placé s'est construit en partie sur les épaules d'hommes forts. À Saint-Élie-de-Caxton, l'homme le plus fort du monde s'appelait Ésimésac.
  • Lurette et le temps

    Le conte et la légende renvoient souvent à un temps différent du nôtre. « Il était une fois... » est une porte sur un temps hors-temps. Aussi, à force de verser son quotidien dans les légendes, Saint-Élie-de-Caxton a fini par voir sa réalité rattrapée par le temps mythique de la conterie. Au village, le temps est relatif, les preuves sont faites.
  • La postière et l’espoir

    Quand la postière de Saint-Élie-de-Caxton a pris la plume pour redonner une voix aux défunts, ç'aurait pu nourrir une nostalgie maladive. Et pourtant, dans le geste et la volonté d'améliorer le sort de ses compatriotes, elle a réussi à retourner le souvenir à l'envers pour en tirer de l'avenir.
  • S2 - Ti-Will et le progrès

    À Saint-Élie-de-Caxton, l'arrivée du progrès ne se fait jamais sans faire de vagues. Le premier aqueduc de bois, l'arrivée de l'électricité ou du téléphone, les premières télés et, plus récemment, l'Iinternet par fibre optique : chaque fois, ça vient secouer les façons de vivre. Si le progrès fait des vagues, ça nous confirme qu'au moins il se rend jusqu'à nous. Grâce à ça, notre village s'inscrit dans la modernité.
  • S2 - Jeannette et la valeur de l’argent

    Jeannette, épouse du marchand général Toussaint Brodeur, vit souventes fois son sens de la famille et son empathie naturelle l'opposer au sens des affaires un peu trop poussé de son mari. À partir d'eux, et en étirant un peu, on se rend compte rapidement que l'argent n'a pas la même valeur pour tout le monde.
  • S2 - Léonard Blais et la météo

    La météo est le sujet numéro un dans le jasage quotidien. Aussi, comme on l'a usé à la corde à force de repasser dessus depuis les siècles, ce thème demande un talent particulier aux interlocuteurs soucieux de faire leur effet. Léonard Blais, loin de toute prétention, donnait à épater dans sa science à lire le ciel : il savait prédire le temps un an à l'avance.
  • S2- Le gros Charles et les miracles

    Sans doute issue des vieilles croyances populaires, il demeure dans nos campagnes une foi tenace concernant certaines capacités extraordinaires que semblent détenir quelques individus : don de guérison, soignage de maux de dents, etc. Ces « dons » échappant aux explications logiques verront leurs manifestations glisser facilement dans la cour des miracles.
  • S2 - Les fondateurs et l’ailleurs

    Tout le monde est l'ailleurs de quelqu'un d'autre. Quand les fondateurs de ce qui allait devenir Saint-Élie-de-Caxton quittèrent Yamachiche, ils partaient... ailleurs! Et si cet ailleurs est devenu aujourd'hui notre ici, les gens du village brillent maintenant par un sens rare de l'accueil de tous ceux d'ailleurs qui osent débarquer chez nous.
  • S2 - L’amie Sol et les talents locaux

    Saint-Élie-de-Caxton, depuis la maîtresse de chorale jusqu'à la tricoteuse, madame Samson, depuis le forgeron Riopel, chanteur du Minuit chrétien au milieu du siècle dernier, jusqu'à Léon Garceau, qui en est le porteur depuis des années, est un terreau fertile où se cultivent les talents artistiques. Le village brille aujourd'hui de dizaines d'artistes et artisans qui participent fort aux couleurs de ce que nous devenons collectivement.
  • S2 - Baptiste Lagraine et la logique

    Si les personnages du Caxton étonnent par leur façon d'appréhender le réel, c'est souvent parce qu'une logique particulière les anime. Accéder à ces raisonnements parfois biscornus, même lorsque ça nous fait rire, est à chaque fois une façon de nourrir la réflexion et de faire passer de la lumière là où ça brille parfois moins.
  • S2 - La veuve de Saint-Barnabé Nord et les tabous

    Saint-Élie-de-Caxton a beau se targuer de sa grande vigueur parlante, il n'en demeure pas moins que les secrets et les tabous occupent une place importante dans l'imaginaire local. Tenue au silence pour des raisons sociales, morales, ou religieuses, la langue la plus déliée n'arrive souvent même pas à y mettre les mots.
  • S2 - Ovide et le bestiaire

    Si on retient surtout les figures des personnages humains qui peuplent le légendaire caxtonien, il est intéressant de se rappeler qu'un lot imposant de bêtes ne laisse pas sa place dans l'originalité de nos histoires. Remplie d'animaux réels, parfois affublés de dimensions ou de propriétés invraisemblables, la faune mérite qu'on s'y attarde aussi.
  • S2 - Sœur Solange et l’amour

    Les histoires d'amour sont nombreuses dans les cœurs du Caxton. Comme pour le reste, dans la légende, il arrive que les façons de le voir, de le penser ou de le vivre étonnent et détonnent. Loin de choquer, ces points de vue différents sur l'amour donnent à réfléchir autrement sur les palpitations du muscle à sentiments.
  • S2 - Staline et les personnages célèbres

    Peut-être est-ce le statut légendaire qui le permet... On dirait qu'arrivé à une certaine densité de personnages plus grands que nature, il se met à mouiller du grand monde qu'on ne s'attend pas à rencontrer normalement. À Saint-Élie-de-Caxton, côtoyer Einstein, Newton ou Staline n'a jamais fait sourciller personne.
  • S2 - La vie et la mort

    Bien que paraissant parfois déconnectés des soucis de la vie courante, les personnages du Caxton doivent quand même jongler avec les grandes questions qui nous habitent tous. Équipés pour réfléchir autrement, ils nous donnent à voir d'une façon différente les grandes interrogations et angoisses auxquelles nous sommes tous, un jour ou l'autre, confrontés. Devant la mort, leurs réactions ajoutent beaucoup de relief à la vie.