•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Prête-moi ton regard.

Prête-moi ton regard

  • L’art de la séduction avec Claudia Larochelle

    « Ce n'est pas vrai que je suis moins exigeant [en amour] », dit Luc Fortin à l'auteure et animatrice Claudia Larochelle. Les deux amis de longue date abordent sans tabou des sujets comme la séduction, les rapports amoureux ou encore les salons de massage. Ils se sont donné rendez-vous au bar Bily Kun, un lieu très significatif pour Claudia. Elle y a notamment rencontré son amie Nelly Arcan, sur qui elle a écrit un essai à la suite de son décès.
    Détails
  • La quiétude du phare de Lachine avec Samian

    Le photographe et comédien Samian emmène Luc Fortin dans son havre de recueillement et d'inspiration, au parc Saint-Louis, près du fleuve Saint-Laurent. Le rappeur, qui s'est retiré temporairement de la scène musicale, lui parle de son enfance à Pikogan, de sa vie à Sainte-Adèle, de sa passion pour la photo et de son rôle dans le film Hochelaga, terre des âmes. De son côté, Luc Fortin confie avoir ressenti un rare moment de « manque » à ne pas pouvoir admirer la beauté du paysage lors de cette promenade avec Samian.
    Détails
  • Échange spirituel à l’oratoire Saint-Joseph avec Élage Diouf

    Luc Fortin gravit les marches de l'oratoire Saint-Joseph avec l'auteur-compositeur-interprète Élage Diouf, qui s'est fait connaître avec son frère Karim à l'époque du succès Tassez-vous de d'là des Colocs. « J'ai mes conflits personnels avec la religion catholique, j'ai donc de la difficulté à apprécier l'Oratoire dans toute sa beauté », dit Luc Fortin, qui a déjà été pasteur dans une autre vie. De son côté, Élage Diouf adore l'architecture de ce lieu de culte, bien qu'il soit lui-même musulman.
    Détails
  • Les parfums du marché Jean-Talon avec Mickaël Gouin

    Celui qui incarne le personnage de Mathieu dans Like-moi fait redécouvrir à Luc Fortin ce lieu aux mille et une saveurs. Ensemble, ils apprécient les plaisirs simples que leur procure l'odeur du saucisson, des savons, des fines herbes et des fruits et légumes. Luc témoigne aussi au comédien son amour pour la série Like-moi. « Si j'étais gai, bi ou queer, je voudrais sortir avec Mathieu. Je le trouve à la fois déterminé et doux ; c'est le personnage masculin le plus intéressant », dit-il.
    Détails
  • Montréal à travers l’œil de la photographe Martine Doucet

    « Quand je propose des photos, je propose ma vision d'un moment, d'une personne. Pour moi c'est une autre façon de m'exprimer », dit la photographe Martine Doucet. Elle rencontre Luc Fortin au parc Jeanne-Mance, situé tout près de chez elle. Elle lui confie avoir toujours eu une très mauvaise vision, ayant même été plus longtemps habituée aux paysages flous que net. « Au départ, quand j'ai vu le détail des feuilles dans les arbres, il y avait trop d'informations pour mon cerveau. »
    Détails
  • La cohabitation vélos/cannes blanches avec Michel Labrecque

    Plus de 30 ans après leur première rencontre, Luc Fortin et Michel Labrecque se retrouvent autour d'un café à la Maison des cyclistes, sur Le Plateau-Mont-Royal. Président de l'organisme Vélo-Québec pendant plus de 15 ans et ancien conseiller municipal à la Ville de Montréal, Michel Labrecque est un ardent défenseur de l'accessibilité des transports. « Tous les aménagements qu'on peut faire, qui font que les personnes handicapées circulent mieux, ça profite à tout le monde », résume-t-il.
    Détails
  • Promenade dans le quartier gai avec Philippe Schnobb

    Luc Fortin prend le métro avec le président du conseil d'administration de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb. Une fois sortis de la station Beaudry, ils vont prendre un café dans un bistro du Village. Tout au long de cette promenade, leurs conversations portent évidemment sur l'accessibilité des transports publics, mais également sur l'histoire du quartier gai, sur la politique municipale montréalaise et sur l'ancienne vie de Philippe Schobb comme journaliste à Radio-Canada.
    Détails
  • Le premier emploi de Kim Thúy, au cœur du centre-ville

    Luc Fortin descend avec Kim Thúy au métro Peel pour découvrir le premier lieu de stage de l'écrivaine, situé au quarantième étage d'un magnifique édifice du centre-ville. « C'est intrigant d'aller où le m'as-tu-vu et le travail cérébral se rencontrent », dit-il. Il écoute avec amusement les histoires de l'ancienne avocate, qui lui raconte notamment la fois où l'équipe de ménage a trouvé des petites culottes dans une salle de conférence.
    Détails