Une silhouette féminine, assise par terre, de profil, et une autre silhouette, masculine, projetée sur un mur, qui semble crier.

Les camionneurs mènent l’enquête

Contre les vols de camions et de cargaisons qui plombent l’industrie du transport, les routiers mettent à profit les réseaux sociaux. Ils sont des dizaines de milliers, leurs yeux sont sur toutes les routes et ils raffolent de Facebook. Résultat : ils sont devenus plus efficaces que la police quand vient le temps de retrouver les véhicules volés.

Par Luc Chartrand d’Enquête

2 novembre 2018

Jean-Guy Boulanger, un camionneur de North Bay, en Ontario, a roulé toute la nuit vers Magog, au Québec, pour y récupérer son camion et sa remorque volés. Il était à Toronto lorsqu'il a appris la nouvelle.

« Quand j’ai eu le téléphone pour me dire que le truck avait été retrouvé, j’ai dit : “fiou!” J’étais content en tabarouette! »

Depuis quatre semaines, il menait une enquête fébrile en se servant d’un outil qui fait fureur auprès des camionneurs qui courent après leurs biens volés : Facebook.

Parvenu au poste de police de la Régie de police de Memphrémagog, il explique comment il a mené lui-même ses recherches et montre son téléphone à un policier de garde - pas trop intéressé - en train de remplir le formulaire de circonstance : « Regarde, pour ce post-là, 1500 partages! »

Jean-Guy pose devant son camion
Jean-Guy Boulanger et son assistante Carrie Resmer Photo : Radio-Canada/Catherine Varga

Jean-Guy Boulanger n’est qu’un parmi les dizaines de camionneurs que l’équipe d’Enquête a suivis ces derniers mois alors qu’ils se mobilisent en masse contre le fléau que constitue le vol de camions lourds et des cargaisons parfois précieuses qu’ils transportent.

L’intérêt de ce mouvement, qui est nouveau dans le monde du camionnage, c’est la vitesse à laquelle il se propage dans l’industrie. Un nombre grandissant d’entreprises et de camionneurs indépendants se ruent désormais sur les réseaux sociaux et font appel à la grande communauté du camionnage pour tenter de retrouver leurs véhicules.

Et ça marche! Très souvent. Les camionneurs - qui sont hyperbranchés - sont partout, sur toutes les routes, et de ce fait, leur capacité collective de repérer un véhicule volé est phénoménale. En fait, ils font souvent la barbe à la police!

Messages publiés sur les réseaux sociaux

Des cargaisons de valeur

Mathieu Leblond, de Transport Jacques Leblond, de Rimouski, en sait quelque chose. Tandis qu’il collectionnait des signalements de son camion sur Facebook, il héritait malgré lui du rôle de relayer les informations d’un poste de police voire d’un corps de police à un autre à mesure que son camion se déplaçait vers l’ouest : Victoriaville, Trois-Rivières, Berthierville, Saint-Gabriel-de-Brandon…

Les réseaux lui ont permis de retrouver le camion, mais pas la remorque, disparue avec son chargement de bois de construction. Son sentiment : celui d’avoir perdu du temps alors qu’il fallait jouer de vitesse.

Si c'était à recommencer? « Je mettrais ça sur Facebook avant d'appeler la police! »

Mathieu devant son camion
Mathieu Leblond Photo : Radio-Canada/Catherine Varga

On ne s’en rend pas compte en croisant ou en suivant les camions lourds sur les routes : la valeur des biens transportés est souvent très élevée. Une cargaison de produits électroniques peut valoir 2 millions de dollars et plus. Un camion de nourriture réfrigérée peut transporter pour plus de 200 000 $ de denrées. Le vol de camions et de remorques est en fait, le plus souvent, du vol de cargaison.

Cette pratique est largement répandue à travers le monde et en Amérique du Nord. L’Alliance canadienne du camionnage parle de pertes pour l’économie canadienne de 5 milliards par année. Ce chiffre est difficile à valider, selon les experts consultés par Radio-Canada, mais il est clair que les pertes économiques dépassent largement le simple coût des cargaisons : bris de matériel, retards de livraison, hausse des primes d’assurances, etc.

Messages publiés sur les réseaux sociaux
Rodrigue devant son camion
Rodrigue Prince directeur général de RPM Transit Photo : Radio-Canada/Catherine Varga

Plus efficace que la police

Pour Pierre Gagnon, courtier en assurances de camions pour la firme Burrowes, le fléau du vol de camions est un des facteurs - même si ce n’est pas le plus important - de la flambée récente du coût des assurances dans ce secteur. « Qui paie au bout du compte? Ce sont les assurés. Et en bout de ligne, les consommateurs. »

Selon M. Gagnon, la vague de mobilisation Facebook est un outil que les assureurs encouragent « à 100 %! », « puisque ça va nous permettre de retrouver la marchandise plus facilement que si on avait fait affaire avec un service de police. »

Manon L’Italien est bien placée pour mesurer l’efficacité de ce nouveau moyen d’action. Camionneuse, elle est aussi modératrice d’une page Facebook, Routier Québec 2.0, et participe à un réseau qui réunit les modérateurs de plusieurs autres groupes Facebook dédiés aux routiers.

« Les groupes de camionneurs, ce sont des groupes de 10 000, 15 000, 25 000 membres. Tous ces membres qui partagent, ça va vite! Parce qu'un chargement ou des camions qui se font voler, ça nous écoeure! Ça peut être vu au moins 10 000 fois dans la même journée. Pis en pas long. On est partout! »

Messages publiés sur les réseaux sociaux

Une communauté tissée serrée

D’autres groupes Facebook, comme Camionneurs et camionneuses du Québec 2.1, L’heure juste du camionneur, Les News du transport (Routier VIP), participent activement à la propagation des alertes, sans compter la très fréquentée Truck Stop Québec, la radio web du camionnage.

« Le transport est un petit monde, indique Benoit Therrien, président et animateur de Truck Stop Québec. On est tous des amis dans le transport. On a tous ce côté où on veut aider les autres. Je pense que ça fait partie de la mentalité de l'industrie. On n'a plus de compétition dans ce temps-là. Il n’y a plus de logos sur les portes; on veut tous savoir ce qui est arrivé parce que ça se peut que ça m'arrive demain. »

Les animateurs de Truck Stop Québec devant leur micro
Jason Quirion, Keven Plamondon et Benoit Therrien de Truck Stop Québec Photo : Radio-Canada/Catherine Varga

La camionneuse Manon L’Italien est convaincue que cette solidarité qui se répand comme une traînée de poudre a un effet dissuasif sur les voleurs : « Eux aussi ils voient ce qui se passe sur Facebook! » Certains abandonnent même les camions pendant leur fuite lorsqu’ils sentent la pression monter sur les réseaux, un phénomène que la Sûreté du Québec (SQ) nous confirme.

À la SQ, on émet tout de même des réserves face aux enquêtes menées sur les réseaux sociaux. « On n'invite pas les gens à faire leur justice eux-mêmes », met en garde le porte-parole Hugo Fournier. Sans nier l’intérêt de cette mobilisation, il ajoute craindre que des informations inexactes se répandent à travers ce processus. « Nous, ce qu'on demande, c'est de partager les informations qui ont été validées par les autorités policières. »

Mais est-ce bien réaliste de penser que les victimes de vol vont patienter avant de diffuser des alertes dont l’efficacité dépend essentiellement de leur vitesse de propagation? Pour l’instant, la réponse des camionneurs est claire : ils partagent vite et en masse.

Message publié sur les réseaux sociaux

Les policiers aussi en profitent

Chose certaine, les corps policiers bénéficient à leur tour des nombreux signalements des camionneurs. Ainsi, en janvier, Marcus Deschênes, directeur général du transporteur Gilmyr a retrouvé à Mont-Saint-Hilaire une remorque chargée de meubles qu’on lui avait volée à Saint-Cyrille-de-Wendover, à la suite d’un autre de ces partages. « En dedans de quatre heures, un bon Samaritain nous a dit que notre remorque était là. »

Marcus attablé avec un café
Marcus Deschênes, directeur général de Transport Gilmyr de Montmagny Photo : Radio-Canada/Catherine Varga

Alors que les policiers de la Régie intermunicipale du Haut-Richelieu se trouvaient sur les lieux pour constater les faits, deux voleurs présumés ont fait irruption avec l’intention apparente de récupérer la remorque. Ils ont été arrêtés sur-le-champ.

Les forces de police, souvent jugées trop peu actives par les camionneurs quand vient le temps de faire la chasse aux camions volés, ont tout de même réussi quelques coups de filet d’envergure contre des bandes organisées qui écument les autoroutes et les arrêts routiers.

Fin 2016, dans une opération baptisée Naos, la Sûreté du Québec a démantelé un réseau et arrêté 28 personnes. Les véhicules volés convergeaient vers une cour de ferraille de Saint-Amable, en Montérégie. Puis, en 2017, nouveau coup de filet majeur au cours de l’opération Obliger : 16 personnes ont été arrêtées et accusées. Le groupe, qui opérait entre le Québec et le Nouveau-Brunswick, a été relié à 78 dossiers sous enquête pour des vols totalisant 5,4 millions de dollars. Cette dernière opération a révélé l’étonnante variété des cargaisons dérobées : viande, fromage, matériaux de construction, machinerie, aluminium, couches pour bébés, etc.

Le marché noir est visiblement capable de tout absorber. Et la plupart des vols, confirment les policiers, sont ciblés et visent à répondre à des commandes de clients déjà prêts à recycler les marchandises. « Un voyage de bois qui vaut 100 000 $ se revend 35 000 $ au noir », nous dit une source proche de ce milieu criminel. Les cargaisons de fruits de mer s’écoulent facilement dans les circuits parallèles de la restauration. Bien des denrées intraçables aboutissent dans des marchés aux puces.

« La semaine dernière, nous avons eu un vol de papier de toilette alors… oui, tout est absorbé par le marché noir », souligne Pierre Gagnon, courtier en assurances de camions.

À VOIR

Regardez le reportage de l'émission Enquête sur les camionneurs qui utilisent Facebook pour contrer le vol de camions.

Luc Chartrand journaliste, Catherine Varga réalisatrice télé, Gaétan Pouliot édition et coordination, Éric Larouche chef de pupitre, André Guimaraes développeur, Francis Lamontagne et Santiago Salcido designers

Publicité