ENQUÊTE

Croisière, bikinis et cocaïne

La face cachée du périple qui a mené deux Québécoises dans des prisons australiennes

Il y a eu la croisière de luxe autour du monde, le glamour, les égoportraits sexy dans des endroits exotiques. Et il y a la réalité : les dettes, la prostitution, le transport de cocaïne. Des documents inédits lèvent le voile sur ce qui a conduit deux jeunes Québécoises dans l’engrenage du crime organisé et permettent de suivre la piste de leurs complices, aujourd’hui libres comme l’air à Montréal.

Par Julie Dufresne d’Enquête

25 octobre 2018 | access_time MINUTES DE LECTURE

Arrêtées en Australie en août 2016 en possession de 30 kilos de cocaïne, Isabelle Lagacé et Mélina Roberge croupissent en prison.

Dans des documents de cour, elles racontent pour la première fois et sous serment leur version des événements. Ces déclarations détaillent la participation d’autres Québécois au complot d’importation de drogue, qui s’est soldé par l’une des plus importantes saisies de cocaïne de l’histoire de l’Australie.

Voici ce qui s’est passé.

Montréal, Canada
2014-2016

Cliquez sur les images pour les voir en plein écran

Sur les réseaux sociaux, Mélina Roberge se présente souriante et entourée d’amies. À cette époque, la femme originaire de Granby a à peine 20 ans et fréquente régulièrement les boîtes de nuit. Elle y fait la rencontre d'un homme qu'elle appelle son « Sugar Daddy » avec qui elle développera une « relation intime », selon ses propres mots.

« Je savais qu'il avait des compagnies en ligne qui avaient du succès. Au fil du temps, j'ai compris qu'il était aussi impliqué dans une agence d'escortes », expliquera-t-elle dans une déclaration sous serment à la suite de son plaidoyer de culpabilité.

Au fil des sorties, son Sugar Daddy la présente à des connaissances. « Si j’étais intéressée, je pouvais passer du temps avec ces hommes. Parfois, il y avait des relations intimes, parfois non. Parfois, j’acceptais de l’argent, mais pas toujours. À l’occasion, ils m’offraient des cadeaux ou m’invitaient dans de beaux restaurants. »

Mélina Roberge ne le sait pas encore, mais sa relation avec son Sugar Daddy la mènera jusque dans une prison australienne.

Longueuil, Canada
2016

Isabelle Lagacé, 28 ans, commence à travailler comme serveuse dans un bar du boulevard Taschereau, à Longueuil. Elle prend une décision qui va changer sa vie. « Dans ce nouvel environnement de travail, j’ai eu la possibilité d’emprunter de l’argent à certaines personnes pour un nouveau départ dans la vie, sans avoir à fournir aucune garantie », raconte-t-elle à la justice australienne.

Sa déclaration laisse entendre que les personnes qui lui prêtent de l’argent sont mêlées à une opération d’importation de drogue en Australie, qui est en préparation. On lui demandera d’y participer afin de rembourser ses dettes, dit-elle. « J’ai reçu un ultimatum. Je devais payer le prêt immédiatement [...] Ils me menaçaient, ainsi que ma famille. Alors je n’avais pas le choix. »

Marrakech, Maroc
Mai 2016

Mélina Roberge fait un voyage au Maroc, toutes dépenses payées par son Sugar Daddy. « J’ai travaillé comme escorte pendant le voyage et j’ai fait de l’argent grâce à ça », dit-elle. Elle revient avec 15 000 $ en poche.

« J’ai rencontré beaucoup de gens, dont plusieurs étaient des amis et des associés du Sugar Daddy et nous avons discuté de la possibilité de faire de l’argent sur une croisière en jouant un rôle dans une opération d’importation de drogue. Je leur ai dit que je n’étais pas intéressée », ajoute-t-elle.

Malgré son refus, la croisière s’organise...

Montréal, Canada
Juin 2016

Deux semaines avant le départ de la croisière, le Sugar Daddy de Mélina Roberge revient à la charge. Il lui offre une croisière autour du monde d’une valeur de 22 000 $, ainsi que 6000 $ pour ses dépenses. « L’un des participants s’était décommandé à la dernière minute et ils cherchaient un remplaçant », dit-elle.

L’opération est en partie pilotée par la pègre juive marocaine depuis Montréal, selon des informations obtenues par Radio-Canada.

« J’ai demandé [au Sugar Daddy] si ça avait un lien avec ce dont on avait discuté au Maroc, avec l’importation de drogue. » La réponse est affirmative.

Le Sugar Daddy lui explique quel sera son rôle. « Il m’a dit que je n’avais rien d’autre à faire que d’être sur la croisière et faire comme si j’étais en voyage avec une amie : tout était organisé pour que d’autres passent à l’action. » Elle partagera sa cabine avec Isabelle Lagacé. « Je ne l’avais rencontrée qu’une ou deux fois dans les clubs », dit-elle.

Cette fois, Mélina Roberge accepte l’offre.

Montréal, Canada
8 juillet 2016

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé arrivent à l'aéroport de Montréal. Elles doivent prendre l’avion, car la croisière part d’Angleterre. Le Sugar Daddy est aussi présent. Rien n’indique qu’il sera du périple, mais il prend soin de placer les deux jeunes femmes en première classe.

Mélina Roberge remarque quatre autres hommes à l’aéroport. « Nous avons pris les mêmes vols pour nous rendre à la même croisière [...] j'ai compris qu'ils faisaient partie de ce qui avait été organisé pour l'importation de drogue », raconte-t-elle.

C’est la première fois que les deux Québécoises et leurs complices sont réunis. Tous leurs billets ont été achetés à la même agence de voyages montréalaise et payés comptant.

Dans des documents de cour australiens et des mandats de perquisition québécois, les noms des quatre complices sont rendus publics.

  • Stéphane
    Chevrier

    Stéphane Chevrier
  • Michel
    Chiasson

    Michel Chiasson
  • Nicolay
    Kolev

     Nicolay Kolev
  • André
    Tamine

    André Tamine

Photo : Radio-Canada et Journal de Montréal

Douvres, Angleterre
9 juillet 2016

Mélina Roberge, Isabelle Lagacé et les quatre hommes montent à bord du Sea Princess, un luxueux bateau qui compte trois piscines, un spa, un casino, des salles de spectacle, un cinéma, ainsi que plusieurs bars et restaurants.

Les deux Québécoises partagent la cabine P312.

Océan Atlantique
11 au 15 juillet 2016

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé passent leur temps ensemble sur le Sea Princess qui traverse l’Atlantique. À l’occasion, elles croisent leurs complices. « Nous rencontrions les quatre autres hommes, parfois au déjeuner ou à l'extérieur », explique Mélina Roberge dans sa déclaration sous serment.

Sydney, Canada
16 juillet 2016

Le bateau dans la mer
Le Sea Princess sur les eaux Photo : Princess Cruises

Coup de théâtre lors de l’escale sur l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse : Michel Chiasson - l’un des quatre complices - descend du navire. Selon des documents policiers, il est interrogé par l'Agence des services frontaliers du Canada, qui le laisse partir.

Il ne reviendra jamais sur le bateau.

New York, États-Unis
20-21 juillet 2016

La croisière se poursuit comme si de rien était. À New York, Isabelle Lagacé et Mélina Roberge font les touristes et posent à Times Square, tout sourire.

Elles semblent loin de se douter comment se terminera leur croisière.

King’s Wharf, Bermudes
23 juillet 2016

La croisière arrive aux destinations plus exotiques, à commencer par les Bermudes, où les jeunes femmes font une séance de photo digne des magazines. « Partie pour un endroit très paisible », écrit Mélina Roberge sous une de ses photos publiées dans les médias sociaux. « Coeur de sirène », écrit Isabelle Lagacé.

Les deux jeunes femmes reçoivent des centaines, parfois des milliers de mentions « J'aime ».

Océan Atlantique
24 au 26 juillet 2016

Pendant qu'elles profitent de la vie luxueuse sur le bateau, Mélina Roberge et Isabelle Lagacé découvrent que leurs complices ne sont pas les seuls à participer à l’opération. « J'ai remarqué deux hommes plus jeunes. Je les ai vus à la cafétéria ou en train de se faire bronzer près de la piscine, je les ai remarqués parce que les autres clients sur le bateau étaient des aînés », dit Mélina Roberge.

Carthagène, Colombie
27 juillet 2016

Le soupçon de Mélina Roberge se confirme : les deux jeunes hommes ne sont pas des clients comme les autres. « Quand Isabelle et moi sommes arrivées en Colombie, nous sommes allées au zoo où se trouvaient les deux mêmes jeunes hommes, qui nous ont approchées. Ils nous ont dit qu’ils étaient impliqués dans l’opération. Je crois qu’ils étaient Italiens. »

À partir de ce moment, ils se fréquentent sur le bateau. « De temps à autre, j’appelais à leur cabine pour qu’on se rencontre, pour se faire bronzer ou pour déjeuner », dit Mélina.

Vous avez des informations à nous transmettre? Contactez notre journaliste : julie.dufresne@radio-canada.ca

Manta, Équateur
30 juillet 2016

Les Québécoises multiplient les égoportraits et les photos à chaque escale. De l’extérieur, on croirait deux meilleures amies. Elles intitulent l'une de leurs photos « Les jumelles ».

Lima, Pérou
1er août 2016

Nouvelle escale : le Pérou. Un arrêt-clé.

Les jeunes Québécoises passeront deux jours à se mettre en scène à divers endroits. Pendant ce temps, leurs complices André Tamine, Nicolay Kolev, Stéphane Chevrier et les deux Italiens sont occupés, selon Mélina Roberge. « Je soupçonne que la drogue a été montée à bord au Pérou parce que les cinq hommes faisaient beaucoup d’allers-retours ce jour-là [...] Je savais que les hommes se rendaient à un édifice en particulier. »

C’est à ce moment que la cocaïne serait arrivée sur le Sea Princess.

Polynésie française
17 au 18 août 2016

Le bateau est maintenant dans le Pacifique Sud. Les jeunes femmes tapissent les médias sociaux de photos de voyage. Elles passent par les plus belles escales, dont la Polynésie française, où elles se font tatouer.

Océan Pacifique
19 au 23 août 2016

Mélina Roberge met en ligne une photo de son tatouage. Elle explique qu'il signifie « la protection du voyageur ».

Dans quelques jours, la drogue se retrouvera dans leur cabine.

Nouvelle-Zélande
25 au 27 août 2016

L'opération de transfert de la drogue dans la cabine des jeunes femmes se met en place. « Quand nous avons quitté la Nouvelle-Zélande, environ deux jours avant d’arriver à Sydney, un des Italiens m’a dit que je devais rester à l’extérieur de la cabine pour la journée et que quelqu’un mettrait la drogue dans notre cabine », raconte Mélina Roberge aux autorités australiennes.

Isabelle Lagacé laisse la clé de sa chambre à un homme qu'elle refusera d'identifier et quitte la cabine pendant que sa valise est remplie de cocaïne. « Je devais fournir mon sac à un autre passager qui allait y insérer ce que je comprenais être une substance illégale. » Son rôle était de passer les douanes avec la drogue.

Selon ce qu'elle a raconté à une juge australienne, Mélina Roberge savait qu’il s’agissait de cocaïne. Isabelle Lagacé, elle, a affirmé ne pas savoir exactement de quelle « substance illégale » il s'agissait, mais avait des doutes. On lui aurait expliqué que les chances étaient minces qu’une jeune femme de son âge soit arrêtée aux douanes.

Les deux jeunes femmes ont déclaré ignorer la quantité de drogue qu’elles transportaient.

Sydney, Australie
28 août 2016

Les autorités australiennes saisissent la cocaïne sur le Sea Princess Vidéo : Service des douanes de l’Australie

À 6 h 50, le Sea Princess arrive à Sydney et les policiers australiens montent tout de suite à bord : ils savent exactement où ils vont. Les arrestations et la saisie sont d'une précision chirurgicale. À 7 h 10, la police fouille la cabine P312 qu'occupent Mélina Roberge et Isabelle Lagacé. Elle trouve 30 kilos de cocaïne.

Mélina Roberge panique. « Quand la police est arrivée, je suis devenue hystérique et j'ai commencé à hyperventiler. Isabelle a demandé à la police de me donner de l'eau, alors que je tentais de respirer. »

À 7 h 30, la police fouille la cabine d’André Tamine et y trouve trois valises contenant de la cocaïne, dont une à son nom et une autre portant une étiquette identifiant Michel Chiasson, celui qui a quitté le navire en Nouvelle-Écosse au début de la croisière. En tout, 65 kilos de cocaïne sont retrouvés dans cette cabine.

La marchandise saisie cette journée-là sur le Sea Princess a une valeur de plus de 60 millions de dollars sur le marché noir australien.

Sydney, Australie
Octobre 2018

Dessin de cour
André Tamine, Isabelle Lagacé et Mélina Roberge devant la cour en Australie Photo : Vincent de Gouw / Daily Mail Australia

Isabelle Lagacé et Mélina Roberge purgent toutes les deux des peines d'emprisonnement de 7 et 8 ans dans des centres de détention différents en banlieue de Sydney, sans possibilité de libération conditionnelle avant 2021. Elles ont plaidé coupable à des accusations d'importation de cocaïne en quantité commerciale.

Avant de recevoir sa peine, Isabelle Lagacé a déclaré avoir des remords. « Je suis fâchée contre moi-même d’avoir été impliquée avec des gens qui font partie du monde horrible et dégoûtant des narcotrafiquants. Tout cela me hantera pour le reste de ma vie. »

Mélina Roberge reconnaît aussi sa responsabilité. De sa prison, elle a écrit à la juge : « J’ai réalisé toute la peine que j’ai causée à ma mère chaque fois que je lui ai parlé au téléphone et lorsqu’elle est venue me voir ici [...] J’ai fait de très mauvais choix : tout ce que je voyais, c’était l’attention et les “J’aime” que je recevais en publiant mes photos. »

« J’ai fréquenté les mauvaises personnes et c’est ici que je m’en suis aperçue [...] Ma perception de la vie et mes valeurs ont complètement changé depuis que je suis ici. J’ai rencontré des gens profondément affectés par des dépendances à la drogue et qui n’ont aucun appui de leur famille : ç’a été une prise de conscience pour moi », ajoute-t-elle.

André Tamine a aussi plaidé coupable. Il devrait recevoir sa peine d'ici la fin de l'année.

Montréal
Octobre 2018

Contrairement aux deux jeunes femmes, les autres Québécois sont revenus de la croisière et sont en liberté.

Après des mois de recherche, Enquête a retrouvé à Montréal Michel Chiasson, le passager qui a débarqué en Nouvelle-Écosse. Il confirme que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) l’a rencontré, ajoutant avoir suggéré aux douaniers canadiens de surveiller les jeunes femmes. « C’est 100 fois plus gros que tu penses [...] Il y a une tonne qui est débarquée en avant », a-t-il dit. Malgré tout, il nie quelconque responsabilité dans l’opération d’importation de cocaïne et dit ne pas connaître ni le Sugar Daddy ni les autres Québécois sur le bateau.

Des policiers consultés par Radio-Canada évoquent la possibilité que l’arrestation spectaculaire des Québécoises ait été un appât, une façon de détourner l’attention pour faire entrer une plus grande quantité de drogue au même moment en Australie.

Stéphane Chevrier et Nicolay Kolev, les deux autres Montréalais qui sont montés à bord du Sea Princess, n’ont pas voulu commenter l’affaire. Nicolay Kolev a demandé d’être payé pour raconter son histoire, ce que notre équipe a refusé.

On ne sait pas ce qu’il est advenu des deux Italiens.

Quant au Sugar Daddy, l’homme par qui tout a commencé pour Mélina Roberge, les policiers savent qui il est, mais il n’a pas été identifié publiquement. La GRC a interrogé l’entourage de Mélina Roberge et d’Isabelle Lagacé à propos d’un homme établi au Canada : Henry Soussan.

Henry Soussan paye une facture à côté d’une jeune femme
Henry Soussan dans un bar de Montréal accompagné d’une jeune femme Photo : Radio-Canada

Sur les réseaux sociaux, il se présente comme un oiseau de nuit qui fait des affaires en ligne. Il vend des montres et en a offert à Mélina Roberge. Il correspond exactement à la description que la Québécoise a fait du Sugar Daddy en cour.

Joint au téléphone, Henry Soussan confirme connaître Mélina Roberge, une « bonne amie », et Isabelle Lagacé, qu’il considère comme une « petite soeur ». Cette dernière était d’ailleurs administratrice d’une compagnie de bijoux en ligne avec lui. « Je sais que beaucoup de gens ont parlé de moi parce que je les connaissais les deux. Et quand elles sortaient en boîte, elles étaient tout le temps avec nous, avec plein d’amis. »

Cependant, il nie catégoriquement avoir été impliqué dans l’opération d’importation de drogue en Australie. Il ajoute que c’est une coïncidence s’il correspond en tous points au portrait du Sugar Daddy. « Ça n’a jamais été moi », dit-il.

Tout l’été et jusqu’au mois dernier, Henry Soussan poursuivait sa vie d’oiseau de nuit. En juin, lorsque l’équipe d’Enquête l’a retrouvé dans un bar montréalais, il était accompagné d’une autre jeune femme.

À VOIR

Regardez le reportage de l'émission Enquête sur Mélina Roberge et Isabelle Lagacé.

Julie Dufresne journaliste, Luc Tremblay réalisateur télé, Chantal Cauchy journaliste à la recherche, Gaétan Pouliot édition, Éric Larouche chef de pupitre, André Guimaraes développeur, Santiago Salcido designer et Sophie Leclerc illustratrice

Photos : Facebook / Instagram

Publicité