Réfugiés syriens : visionnez nos vidéos

Par Myriam Fimbry et Marie-Laure Josselin

Un an après être arrivées au Québec, nos trois familles de réfugiés syriens ne s’intègrent pas toutes à la même vitesse… et ne rencontrent pas toutes les mêmes difficultés. Incursion dans leur quotidien.

Un an après être arrivées au Québec, nos trois familles de réfugiés syriens ne s’intègrent pas toutes à la même vitesse… et ne rencontrent pas toutes les mêmes difficultés. Incursion dans leur quotidien.

Par Myriam Fimbry et Marie-Laure Josselin

La famille Ali-Alloush, à Brossard

Depuis son arrivée il y a un an à Brossard, sur la Rive-Sud, Roqaya Alloush a fait des pas de géant en français. Le samedi, elle enseigne l’arabe aux enfants. Son mari se débrouille aussi de plus en plus, mais le travail, ce n’est pas pour tout de suite.

La famille Alhamo, à Drummondville

Installée depuis un an, la famille Alhamo connaît maintenant Drummondville comme sa poche. Les amis de l’école et les commerçants les reconnaissent et les saluent. Drummondville est devenue leur ville. Grâce à un jumelage interculturel, ils se sont liés d’amitié avec une Québécoise, «  Maman Carole », qui joue un rôle clé dans leur intégration.

La famille Bahini-Israeel, à Laval

Yousef Bahini et Gracia Israeel étaient perdus en arrivant, mais un an plus tard, le couple a déjà trouvé ses repères et du travail pour faire vivre toute la famille : deux adolescents et une grand-mère. Ne connaissant personne au Canada, ce sont des inconnus qui les ont aidés : leurs parrains, une garderie qui a amassé des fonds pour eux, un chef d’entreprise…

Reportage radio à Désautels le dimanche